Gilles Magnus : « Et dire que j’ai failli tout arrêter… »

Audi Magazine

Il semble avoir un sourire éternellement accroché à son visage. Depuis ses débuts en karting, Gilles Magnus s’est toujours distingué par sa joie de vivre, son côté sympathique et… son coup de volant. L’Anversois de 22 ans a traversé quelques passes difficiles, mais tous ses efforts viennent d’être récompensés : il est aujourd’hui pilote officiel Audi Sport customer racing !

Gilles Magnus : « Et dire que j’ai failli tout arrêter… »
Nous sommes en 2016

Nous sommes en 2016. Considéré comme un véritable espoir du sport automobile belge après avoir décroché plusieurs podiums majeurs dans la catégorie X30 Junior en karting (2e de la IAME International Final en 2014 puis 2e de la compétition européenne en 2015), Gilles est passé à la monoplace plein d’ambitions. « À 16 ans, je ne rêvais que de Formule 1 », avoue-t-il. « Dès ma première année en monoplace, j’ai terminé à la 2e place du Championnat de France de Formule 4. L’année suivante, j’ai poursuivi en participant à la compétition nord européenne de Formule Renault 2.0. J’ai perdu injustement un titre pratiquement acquis pour un point seulement, mais cette nouvelle médaille d’argent au championnat était néanmoins un très bon résultat. »

Malgré tout, la carrière de Gilles en monoplace s’arrête là. « Les budgets requis pour passer à l’échelon supérieur étaient trop importants et je n’avais pas de solution », se souvient-il. « Honnêtement, j’étais dégoûté par la monoplace et par cette pression financière énorme pour ceux qui veulent aller en Formule 1. J’ai dit à mon père qu’on arrêtait là et que je ne voulais plus que l’on investisse de l’argent dans la compétition. À mes yeux, c’était clair : je ne serais jamais pilote professionnel et le sport automobile ne serait plus qu’un hobby. »

Dans les paddocks

Dans les paddocks, le talent du citoyen de Schoten est pourtant unanimement reconnu. En parallèle de sa saison 2017 en monoplace, il s’est d’ailleurs fait remarquer en devenant – quelques jours avant ses 18 ans – le plus jeune vainqueur des 24 Heures de Zolder. « À l’aube de la saison 2018, nous avions décidé de ne faire aucun championnat et d’éventuellement saisir les occasions qui se présenteraient », raconte Gilles. « Vincent Vosse m’a appelé pour disputer la course Sprint du GT World Challenge Europe à Zolder sur une Audi R8 LMS GT3 du Team WRT. Ce fut une superbe expérience ! J’ai signé le 4e temps des essais qualificatifs et j’ai gagné deux fois la Silver Cup avec Alessio Picariello. »

Une fois encore, c’est au niveau financier que le bât blesse et la collaboration s’arrête là. Même si Gilles se fait encore remarquer lors de quelques apparitions en GT4, le ciel semble définitivement bouché. Et puis…

« En collaboration avec Audi Sport, le RACB National Team a organisé un volant pour intégrer un pilote de tourisme dans l’équipe nationale belge », reprend le jeune homme en poursuivant son récit. « La finale avait lieu chez Audi Sport à Neuburg, avec notamment Tom Kristensen, le nonuple vainqueur des 24H du Mans, dans le jury. Et j’ai été sélectionné ! »

Pratiquement à l’arrêt un an plus tôt

Pratiquement à l’arrêt un an plus tôt, la carrière de Gilles prend soudain un tout autre tournant. « Les courses pour voitures de tourisme n’étaient pas mon objectif au départ », avoue-t-il. « Mais je me suis rendu compte que j’y prenais beaucoup de plaisir. Le niveau est super relevé et les luttes en peloton sont excitantes. »

Dans une discipline où l’expérience est souvent prépondérante, l’Audi RS 3 LMS aux couleurs belges ne tarde pas à se faire sa place. Excellent 6e du TCR Europe (avec une victoire) dès la première année, Gilles termine aussi à la 2e place de la course TCR des FIA Motorsport Games, considérés comme les jeux olympiques du sport auto.

Le passage à la Coupe du Monde (le FIA WTCR) en 2020 est encore plus remarquable : sur son Audi du Comtoyou Racing, le pilote du RACB National Team termine à la 5e place du classement général tout en remportant le classement des Rookies. « À ce moment, j’espérais être recruté par Audi pour devenir pilote officiel », confie l’Anversois. « Mais il n’y avait pas encore de place pour moi… »

La patience est une vertu.

La patience est une vertu. Avec l’aide du RACB National Team et du Comtoyou Racing (dirigé par Jean-Michel Baert et François Verbist), l’Anversois repart au combat en 2021. Malgré une victoire et le titre chez les indépendants (les pilotes non-officiels), il ne se classe que 10e du championnat. Une déception ? « Pas totalement », corrige-t-il. « Cette position ne reflète pas du tout mon niveau de performance pendant la saison alors que nous développions la nouvelle Audi RS 3 LMS. J’ai eu plusieurs coups de malchance et, très rapidement, je me suis mis au service de mon équipier Fred Vervisch. Avec toute l’équipe, nous l’avons aidé à décrocher la 2e place chez les Pilotes. Chez Audi Sport, ils ont apprécié mon esprit d’équipe et je pense que ça pesé dans leur décision. »

Cette fois, Gilles a en effet atteint son graal. Confirmé comme pilote Audi Sport customer racing en 2022, il rejoint Frédéric Vervisch, Dries Vanthoor et Charles Weerts pour former un quatuor belge bien décidé à faire briller les quatre anneaux sur les circuits.

C’est évidemment un énorme changement

« C’est évidemment un énorme changement », explique Gilles avec un sourire encore plus large que d’habitude. « Désormais, je suis totalement professionnel, payé pour rouler ! Je ne remercierai jamais assez Audi, le RACB National Team et le Comtoyou Racing pour leur soutien. J’ai donc arrêté de travailler dans l’entreprise familiale pour me concentrer à 100% à ma carrière. Je vais pouvoir soigner tous les détails comme la préparation physique, le mental et l’analyse des données techniques. Je passe des heures devant l’ordinateur à analyser les datas enregistrées par la voiture lorsque l’on roule. La vitesse des roues, le fonctionnement des suspensions, ma manière de freiner, d’accélérer, l’influence d’un réglage sur le comportement de mon Audi… Depuis que j’ai compris que ça me permet d’aller plus vite, je veux apprendre au maximum comment fonctionne une voiture de course. »

En l’absence de Fred Vervisch

En l’absence de Fred Vervisch, retenu en GT World Challenge Europe aux côtés de Valentino Rossi, Gilles Magnus sera en quelque sorte le leader du Comtoyou Racing dans la Coupe du Monde des voitures de tourisme (FIA WTCR). « Ce sera la deuxième année de la nouvelle Audi RS 3 LMS et nous visons clairement les titres Pilotes et Équipes », clame-t-il. « Mais ce n’est pas tout ! En tant que pilote Audi, j’aurai aussi la possibilité de faire équipe avec mon ami Nicolas Baert dans la Sprint Cup du GT World Challenge Europe. Là, je piloterai une Audi R8 LMS GT3 du Saintéloc Racing et, vu que je manquerai un rendez-vous, mon but sera de permettre à Nico de remporter la Silver Cup. En général, je m’adapte très vite à une nouvelle voiture. Passer d’une GT à une tourisme ne me fait donc pas peur. Croyez-moi, après ce que j’ai traversé, je vais tout faire pour démontrer à Audi Sport qu’ils ont raison de me faire confiance ! »

Ces articles vous intéresseront peut-être également