Du circuit à la ville :
le laboratoire de la Formule E

Audi Magazine

Voilà déjà quatre saisons que la Formule E enchaîne les courses passionnantes dans l’ombre de sa grande sœur, la Formule 1. Une compétition à laquelle Audi participe depuis le début, et qui présente une plus-value unique : mettre à profit les nouvelles technologies électriques en vue de les intégrer dans des véhicules de série.

Même poids, même châssis, même source d’énergie, même limite de puissance. La Formule E, première compétition de monoplaces électriques inaugurée en 2014, est aujourd’hui plus qu’une simple alternative à son aînée, la Formule 1. Elle s’est développée en un vrai laboratoire d’étude de l’évolution automobile.

Le laboratoire de la Formule E
L’avenir de la conduite électrique

L’avenir de la conduite électrique

Dès son lancement en 2014, Audi avait compris l’intérêt de la Formule E, et fut d’ailleurs le premier constructeur allemand à se lancer dans l’aventure, convaincu que la motorisation électrique représente l’avenir de l’automobile. La Formule E est en effet une vitrine idéale pour montrer la mobilité électrique sous sa forme la plus innovante.

Qui plus est, la course aborde la même question centrale que la conduite sur route : comment utiliser au mieux la batterie ? A partir de la e prochaine saison, les coureurs ne disposeront que d’une seule batterie, et ne pourront plus changer de monoplace à la moitié de la course. Pour une meilleure performance, les mécaniciens et les pilotes devront donc faire preuve d’ingéniosité pour utiliser en matière d’autonomie. Des études et des essais auront lieu, et pourront être mis à profit pour les véhicules de série par exemple.

Des véhicules électriques

Ce qui rejoindrait l’ambition d’Audi, soit celle de produire des véhicules électriques les plus performants possibles, un objectif pour lequel la marque travaille d’arrache-pied depuis des années. Un premier résultat pourra d’ailleurs bientôt être observé sur nos routes avec la prochaine commercialisation de l’Audi e-tron. Un premier SUV Audi 100 % électrique doté d’une autonomie de 400 km et d’un système de freinage à activation hydraulique révolutionnaire.

Le pilote Audi Lucas Di Grassi

Une saison compliquée

Mais revenons à la course. Après le titre de la saison dernière remporté par le pilote Audi Lucas Di Grassi, les espoirs placés en la quatrième saison étaient logiquement élevés. Malgré tout, le début de saison fut très compliqué. Après quatre courses, Lucas De Grassi ne rentre pas une seule fois dans les points, alors que son coéquipier Daniel Abt affiche lui aussi un maigre total de 12 unités.

Audi sur la Formule E

La révolte sonne à Mexico City, temple de la cinquième course de la saison. Daniel Abt remporte brillamment la manche, alors que Lucas Di Grassi grimpe deux fois sur la deuxième marche du podium lors des deux courses suivantes à Punta del Este (Uruguay) et à Rome. La remontée est en marche. Le classement par équipes est encore jouable. Les bons résultats s’enchaînent. Audi sera d’ailleurs la première équipe de l’histoire de la Formule E à placer ses deux pilotes sur les plus hautes marches du podium à Berlin. Tout se jouera lors du dernier round, à New-York.

Premier titre par équipe

Premier titre par équipe

Dans une course menée de bout en bout par Jean- Éric Vergne, Lucas Di Grassi et Daniel Abt se placent rapidement deuxième et troisième. Une place qu’ils arriveront à garder jusqu’au bout. Sur la ligne d’arrivée, la joie peut éclater : Audi remporte le classement par équipe ! Un final incroyable que personne n’aurait prédit au début de la saison.

Aujourd’hui, tous les regards sont déjà tournés vers la saison prochaine. Les tests de la nouvelle monoplace battent leur plein. Rendez-vous le 15 décembre prochain à Riyad, en Arabie Saoudite.