À la découverte de la phase digitale de design
de la nouvelle Audi A1 Sportback

Audi Magazine

Que se passe-t-il lorsque 4.300 ordinateurs portables fusionnent avec le principe de l’artisanat ? Pour le savoir, notre rédacteur s’est baladé au sein de l'Audi Design Center, en compagnie de la nouvelle Audi A1 Sportback.

La phase digitale de design de la nouvelle Audi A1 Sportback
Le nouveau studio C3

Le nouveau studio C3 regorge de designers et de modeleurs, s’activant autour de la nouvelle Audi A1 Sportback, trônant au milieu du studio. Il s’agit en fait d’une reproduction à partir d’argile brun clair, un mélange de plasticine spécial de type industriel. Mais pourquoi a-t-on besoin d’un modèle physique au moment de la phase digitale de design ? La digitalisation a-t-elle besoin d’être matérialisée au cours du processus de design ? Notre rédacteur a posé ces questions à Markus Gleitz, chef du département Design Exterior CAD/Technology, ainsi qu’à ses collègues, qui vont nous faire vivre la phase digitale de design de l’intérieur.

Rencontre entre digitalisation et artisanat: le processus C3

Rencontre entre digitalisation et artisanat: le processus C3

Dans son bureau Markus Gleitz dispose d'un écrant géant, surnommé LED Powerwall. À l'aide de celui-ci, il catégorise le déroulement du processus de design avant son lancement. « Chez Audi, le processus de design d'un modèle de série Audi s'étend sur quatre ans et demi environ et se découpe en phases individuelles. Dans la phase préliminaire du design, nous collaborons avec des experts du pré-développement technique. C'est à ce moment-là que nous définissons les premières structures de travail techniques de la phase de design initiale, comme la hauteur du toit ou l’empattement. »

Sur la base de ces spécifications, les designers peuvent laisser libre cours à leur imagination dans la phase de conception. Les croquis sont réalisés de manière traditionnelle, sur papier, ou digitale, à l'aide d'une tablette. Cette phase est suivie par la phase digitale de design, ou processus C3. Les trois C se traduisent par : CAD (conception assistée par ordinateur), concept et clay milling (fraisage d'argile). Les designers CAD transforment les croquis en modèles de données CAD et les données sont visualisées en temps réel sur le Powerwall. La digitalisation à son paroxysme. Peu de temps après, les données sont fraisées en un modèle physique d'argile. La combinaison parfaite en vue de matérialiser la digitalisation.

Le travail du designer CAD

Le travail du designer CAD

Mais chaque chose en son temps. Direction le bureau de Harald Riedlmüller, designer CAD, situé juste en dehors du studio C3, qu'il peut contempler depuis son poste de travail. D'ici, il est possible de transmettre les données CAD directement sur le Powerwall. Les designers et les modeleurs CAD utilisent ce dernier pour évaluer les données à échelle réelle, ainsi que pour vérifier leur cohérence. Étant donnée la puissance élevée de celui que l'on appelle communément le centre de calcul, c'est-à-dire un énorme réseau informatique, les designers ont l'opportunité de voir directement comment leurs changements affectent le modèle digital.

Ceux-ci sont affichés de manière photoréaliste et en temps réel. « N’importe quel type de changement en termes de proportions, de porte-à-faux, de teinte des vitres peut être visualisé », explique Harald Riedlmüller. Désormais, il est possible de détecter les erreurs potentielles à l’avance, avant la création du modèle physique en argile.

Une réalité surprenante

Une réalité surprenante

Le centre de calcul permet d’effectuer une simulation des données CAD en temps réel. En un seul clic, ces dernières se transforment en un visuel photoréaliste de la nouvelle Audi A1. Un clic plus tard, la version virtuelle de cette Audi compacte est envoyée dans le studio de design de Pékin. Harald Riedlmüller fait pivoter le modèle et regarde l’Audi A1 d’en haut. Celle-ci a l’air gigantesque. Même la réflexion dans la peinture est animée de manière photoréaliste. Les logiciels de visualisation fonctionnent avec le principe du « ray tracing ». En utilisant cette procédure vectorielle, les effets d’optique tels que la lumière, l’ombre ou la réflexion sont calculés correctement et présentés en fonction de l’heure du jour.

« Grâce à la visualisation haute technologie, nous pouvons réaliser des évaluations de design plus tôt et de manière digitale », précise Markus Gleitz. La puissance du centre de calcule rivalise avec celle d’environ 4.300 ordinateurs portables. Des séquences de conduite dynamiques et des simulations de conduite peuvent être calculées et affichées sur le Powerwall. Il est possible de projeter la nouvelle Audi A1 dans les rues de Barcelone, sans jamais aller en Espagne, au moment de la journée que l’on décide. Mais il est toujours impossible de la toucher.

Les designs 3D

Les designs 3D, toujours le bon angle

L’Audi A1 est-elle encore fraisée à partir d’argile ? « Oui, et pas seulement à cause du facteur haptique », explique Harald Riedlmüller. « Le Powerwall donne une très bonne impression du véhicule. Mais rien ne dépasse le sentiment de se trouver devant un vrai modèle. C’est uniquement à ce moment-là que l’angle de vue devient réaliste par rapport au regard humain. »

Les possibilités digitales facilitent la production de modèles à taille réelle. En raison de la comparaison constante entre le Powerwall et le modèle en argile, les machines de fraisage automatisées implémentent les changements de données CAD dans le modèle en argile. Pour autant qu’il y ait assez de matière disponible. Les couches d’argile frais sont toujours appliquées par des personnes, avant de démarrer la fraiseuse.

Les lunettes VR de réalité virtuelle

Un autre outil est également déjà disponible pour les designers Audi : les lunettes VR de réalité virtuelle. « Avec les lunettes VR, nous pouvons observer le modèle en simulation virtuelle. La présentation réaliste des modèles de design est de plus en plus concrète », détaille Harald Riedlmüller. « Dans les années qui viennent, les applications VR deviendront un outil standard du processus de design. » Mais les lunettes VR pourront aller encore plus loin.