Construite en 1938, cette DKW F7 Front Luxus brille à nouveau en 2021

Audi Magazine

Les ancêtres automobiles sont aussi précieux que les modèles actuels. Ils sont le symbole de l’évolution des voitures. Pour les constructeurs, ils peuvent servir d’inspiration pour la mobilité de demain. Pour les conducteurs, ils permettent de vivre une passion unique. Et dans le cas de Tijs Michiels, ils représentent le lien avec le passé familial. Voilà pourquoi il tenait tant à restaurer sa DKW F7 Front Luxus de 1938, héritée de son grand-père.

Construite en 1938, cette DKW F7 Front Luxus brille à nouveau en 2021
Un témoignage du passé des quatre anneaux

Un témoignage du passé des quatre anneaux

Créé en 1917 par l'ingénieur danois Jörgen Skafte Rasmussen, DKW a d’abord établi sa notoriété dans la construction de motos, dont il fut longtemps le premier fournisseur mondial. La marque étend ses activités en 1928 avec la production de sa première voiture. Sa spécialité : le moteur bicylindre deux temps, sur le même principe que les motos, avec traction avant. Une première pour l’époque. En 1932, DKW fusionne avec Audi, Horch et Wanderer pour former Auto Union. La première rencontre entre les deux marques remonte donc à près de 90 ans. Avant qu’Audi ne vole de ses propres ailes, elle a donc révolutionné l’automobile aux côtés de DKW. Une raison plus que logique de se réjouir de voir son héritage perdurer.

DKW F7 Front Luxus : un cabriolet populaire mais haut de gamme

DKW F7 Front Luxus : un cabriolet populaire mais haut de gamme

La DKW F7 Front Luxus que possède la famille Michiels fait partie d’une série phare de l’ancienne marque. Entamée avec la DKW F1 (F pour Front), cette série avait pour but de proposer des véhicules petits avec un faible centre de gravité, populaires et accessibles tout en proposant des performances de qualité. Prenez les chiffres de la DKW F7 pour voir : cylindrée de 690 cm³, de 15 à 20 kW de puissance pour 3 500 tr/min, une vitesse de 85 km/h. De très bons chiffres à l’époque pour une voiture de série. Et le succès fut au rendez-vous. La DKW F7 fut par exemple produite à 80 000 exemplaires. Mais celle dont a hérité Tijs Michiels est à part. Cette version cabriolet, qui se veut plus exclusive, a été construite en 251 exemplaires à l’atelier de carrosserie Wachsmuth à Chemnitz. Il en resterait seulement 7 aujourd’hui.

65 ans dans un garage

65 ans dans un garage

Si Tijs se déclare comme passionné de véhicules « oldtimers », cela s’explique par son ADN familial. « Mon grand-père collectionnait les vieilles voitures », dit Tijs. « Juste parce qu'il les aimait bien. Il les mettait simplement dans son jardin à Tessenderlo, où il avait une fabrique de tuiles. La DKW prenait la poussière dans un hangar depuis plus de 65 ans. Probablement depuis juste après la Seconde Guerre mondiale, lorsque des officiers allemands ont séjourné au domicile parental pendant un certain temps. » Une visite qui se reflétait jusque dans la couleur du véhicule. « Le bleu et le noir d'origine ont été repeints en vert-de-gris, comme cela était courant dans la Wehrmacht », éclaire Tijs.

Une telle voiture méritait bien meilleur sort. « Sur son lit de mort en 1978, mon grand-père a souhaité que nous ne vendions jamais cette petite voiture (qui avait déjà 40 ans à l'époque). Elle était destinée aux petits-enfants. » Tijs et sa famille ont donc réfléchi à un projet de restauration.

Trois ans de travail

Trois ans de travail

Les recherches ne furent pas évidentes. Comme ils ne connaissaient pas bien la voiture, ils ont d’abord effectué de nombreuses recherches en ligne afin de connaître l’histoire de la marque DKW. Et de ses origines. « Nous avons pris contact avec une petite entreprise de restauration à Spremberg, le lieu de naissance de cette voiture en Allemagne de l'Est, où les connaissances techniques sont encore présentes. » La petite famille y emmène la voiture en avril 2018. Cette dernière sera fin prête trois ans plus tard. « Ces personnes ont fait un travail formidable », se réjouit Tijs.

Quand DKW plaît à toute la famille

Quand DKW plaît à toute la famille

Et maintenant ? La DKW F7 Front Luxus est en quelque sorte devenue la figure de proue de la famille Michiels. Celle-ci se voit déjà parader à son volant lors d’occasions festives… Tijs aimerait même participer à un rallye oldtimer. Les projets sont donc légion. Cerise sur le gâteau : l’histoire DKW ne s’arrête pas pour autant chez les Michiels. Karel, le père de Tijs, s’est offert une moto DKW 250 cc, également construite en 1938, pour son anniversaire. Une deux-roues en parfait état de marche. Et un partenaire de route tout trouvé pour Tijs.

Ces articles vous intéresseront peut-être également

  • HEADER.jpg
    Le moteur cinq cylindres Audi et la transmission quattro : un duo légendaire
    Lisez l'article
  • 1920x1080_Header.jpg
    Zoute Grand Prix : des voitures de rêve et de l’art avec vue sur mer
    Lisez l'article
  • Header.jpg
    Centenaire rugissant : le circuit de Spa-Francorchamps poursuit sa légende.
    Lisez l'article