Audi x National Geographic :
Trois étapes sur la voie d'un avenir durable pour la Belgique.

Audi Magazine

Comment se passe l'évolution électrique en Belgique ? Le magazine National Geographic a mandaté l'ingénieure nucléaire Leslie Dewan pour identifier les entreprises et bâtiments à la pointe de l'innovation et du progrès technologique. Avec un rôle de premier plan pour l'usine bruxelloise Audi, première usine de production de véhicules électriques entièrement neutre en CO2.

Audi x National Geographic : Trois étapes sur la voie d'un avenir durable pour la Belgique.
Première étape

Première étape : la capitainerie du port d'Anvers

La première visite de l'ingénieure nucléaire Leslie Dewan est pour le moins symbolique. La capitainerie du port d'Anvers (Havenhuis) est la dernière réalisation de la célèbre architecte Zaha Hadid. Un splendide exemple d'architecture contemporaine qui montre clairement comment la Belgique intègre le design et les technologies d'avenir. Le pays avance rapidement et de manière réfléchie vers l'évolution électrique. À ce titre, il constitue un terreau fertile pour l'innovation.
Depuis les bâtiments jusqu'aux voitures, de nouvelles technologies pour une électricité propre et des sources d'énergie alternatives sont en cours de développement à travers toute la Belgique. Elles offrent une réponse à certains des plus grands défis actuels et contribuent ainsi à un monde meilleur.

Deuxième étape

Deuxième étape : l'usine Audi Brussels

La tournée belge de Leslie se poursuit à l'usine d'Audi à Bruxelles, là où l'Audi e-tron est produite. Premier véhicule entièrement électrique produit par Audi, la nouvelle e-tron est la figure de proue des ambitions de la marque avec une Audi sur trois qui sera électrique d'ici 2025.
Les voitures électriques comme l'Audi e-tron seront de plus en plus courantes au cours des dix prochaines années. La production de voitures dépasse de plus en plus le cadre de l'automobile. Désormais, l'ensemble de l'infrastructure de nos villes et de nos modes de déplacement qui est envisagé.
Cette démarche s'inscrit dans la recherche de solutions pour influencer positivement le contexte actuel et pour travailler à un avenir différent : un avenir intelligent, propre et électrique. Mais, le chemin pour atteindre nos objectifs énergétiques est tout aussi important que la destination finale.

Durable et neutre en CO2

Durable et neutre en CO2
La production de voitures électriques nécessite beaucoup plus de ressources que celle des véhicules à carburant fossile. Fabriquer des batteries et développer des matériaux légers et complexes, tels que la fibre de carbone, réclame beaucoup d’énergie.

Pour compenser cet aspect, Audi a pris de très importantes mesures. À tel point que l'usine de Bruxelles est la première à avoir été certifiée entièrement neutre en CO2 pour les véhicules électriques.

Une ligne de production

Une ligne de production, productive !

Contrairement à la pratique dans les autres usines électriques, les batteries de l'e-tron sont conçues et assemblées ici à Bruxelles, sous le même toit que le reste de la voiture. À ce jour, Audi est le seul constructeur automobile à le faire.
Audi est convaincue que cette approche augmente l'efficacité des différents départements de l'usine, permet un meilleur contrôle de la qualité tout en réduisant considérablement les coûts de transport et les émissions de CO2.

Un chauffage efficient

Un chauffage efficient

Parmi les nombreuses initiatives vertes prises dans l'usine pour être neutre en CO2, citons la centrale de cogénération au gaz naturel équipée d'échangeurs de chaleur particulièrement efficients. En contrôlant la température des différentes zones de l'installation, ils permettent de consommer nettement moins d'électricité.

Cette manière innovante de chauffer le volume immense de l'usine permet de réduire les émissions de CO2 de près de 4 000 tonnes par an.

Le scooter e-tron

Le scooter e-tron : la mobilité de demain

Le scooter e-tron fait partie d'une approche conceptuelle de grande envergure. Avec l’aide de futurologues, Audi a travaillé sur deux questions cruciales à propos de l'avenir de la mobilité : à quoi ressemblera le monde de demain ? Et comment allons-nous faire ?

C'est ainsi qu'est née l'initiative du "dernier kilomètre" qui repose sur l'idée que l'ensemble de votre voyage peut et doit être 100 % écologique et électrique. Le scooter e-tron constitue un moyen de transport léger pour effectuer ce "dernier kilomètre". De l'endroit où vous stationnez votre voiture jusqu'à votre destination réelle finale.

Le soleil comme source d'énergie

Le soleil comme source d'énergie

Leslie se promène sur le toit de l'usine Audi à Bruxelles au milieu d'environ 37.000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques. Ils convertissent la lumière UV en électricité et fournissent 3000 mégawattheures d'électricité par an, soit 95% des besoins de l'usine. Cela permet d'économiser quelque 700 tonnes de CO2, soit la consommation d'énergie annuelle d'environ 85 ménages.

Troisième étape

Troisième étape : le vent du large

Dernière étape du périple de Leslie à travers la Belgique : le parc éolien offshore en mer du Nord. Notre pays compte actuellement cinq parcs éoliens en activité pour un total de 274 éoliennes et une puissance de 1186 MW.
Avec les trois autres projets offshore actuellement en construction, la Belgique est en bonne voie pour atteindre ses objectifs en matière d'énergies renouvelables pour 2020.
Néanmoins, de plus en plus de gens commencent à s'interroger sur ce moyen de production d'énergie "verte" et sur le nombre croissant de ce type de parcs éoliens. Quel est leur impact environnemental ?

Sur l'eau et sous l'eau

Sur l'eau et sous l'eau

Chaque turbine produit du courant alternatif et l'envoie vers un transformateur où il est converti en courant haute tension. Ensuite, cette électricité est acheminée sur la terre ferme par des câbles de distribution posés sur les fonds marins. Puis, elle sert à alimenter en énergie des maisons et des entreprises à travers toute la Belgique.
Cette forme d'énergie verte représente un pas énorme et concret vers la sauvegarde de notre planète. Mais sous la surface, cela a un impact tout aussi réel. Ce changement dans notre façon de produire de l'électricité peut avoir des conséquences importantes sur la vie sous-marine.
Chaque éolienne mesure environ 95 mètres de haut, avec une envergure des pales de 126 mètres. Elles sont généralement implantées à une profondeur entre 12 et 40 mètres.

Des bouchons d'oreille pour les poissons

Des bouchons d'oreille pour les poissons

Les ondes sonores et de pression produites lors de la construction de ces parcs éoliens offshore peuvent constituer une menace pour la vie aquatique.

Sous l'eau, les ondes sonores se propagent très loin et peuvent donc affecter les animaux sur de grandes distances. Les poissons utilisent leur ouïe à la fois pour localiser leur nourriture et pour ne pas être dévorés. Et pour les mammifères, comme les dauphins et les baleines, les ondes et vibrations sous-marines sont vitales, car ils les utilisent pour communiquer entre eux.

Afin d'éviter de perturber la vie aquatique, les sociétés de production énergie éolienne recourent à des écrans constitués de bulles d'air. Le principe est simple : un tube circulaire libère de l'air autour du lieu des travaux, ce qui a pour effet de produire un rideau de bulles qui fait office de "bouchons d'oreilles" pour les poissons, mammifères et autres organismes marins sensibles qui vivent au large de la côte belge.

Dans la vidéo ci-dessous, la docteure Leslie Dewan traverse le pays pour trouver une réponse à la question « Comment produire des technologies écologiques sans nuire à l’environnement ? » Suivez son parcours.

Produced by National Geographic