Le socle des lumières

Audi Magazine

C’est souvent dans les détails que l’on reconnaît la perfection d’un design : une poignée de porte, la courbure d’un phare, la ligne parfaite d’une aile… Audi en apporte la preuve sur chacun de ses modèles. Et ce qui est vrai pour l’automobile l’est tout autant pour l’architecture d’intérieur. À la fois discret et essentiel, un simple interrupteur électrique peut ainsi se transformer en élément décoratif de très haut niveau. Rencontre avec Atelier Luxus, artiste de la spécialité.

Le socle des lumières
Le charme discret de l’interrupteur

Le charme discret de l’interrupteur

Ce sont des objets anodins, dont on oublie presque la présence et dont on se sert pourtant plusieurs fois par jour. La prise pour charger le smartphone et l’interrupteur électrique qui nous éclaire en un instant sont un peu les seconds rôles de nos intérieurs. Ils se doivent pourtant de conjuguer fonctionnalité et élégance avec juste ce qu’il faut de discrétion mais sans pour autant être invisibles – ou introuvables.
La réflexion autour des matières et des formes se double aujourd’hui dans ce domaine d’une recherche technologique à la pointe. Les possibilités d’automation et de variation d’intensité ont en effet totalement transformé la conception des réseaux électriques. Tradition, innovation et quête de la perfection. C’est en partant de ce crédo que Naci Arel a fondé en 2010 l’Atelier Luxus, devenu depuis l’un des fleurons du luxe made in Belgium.

Mondes parallèles

Mondes parallèles

« Nous sommes au croisement de trois univers distincts dont nous associons les forces afin de créer des pièces uniques », explique Naci Arel. « La technologie assure le fonctionnement de chaque pièce et ouvre la voie aux fonctionnalités les plus avancées. Le design préside à la conception de chaque interrupteur ou de chaque prise, avec une approche à la fois contemporaine et intemporelle. Le savoir-faire artisanal garantit la parfaite finition de tous les éléments, en nous appuyant sur un matériau d’exception et sur des techniques traditionnelles employées depuis de nombreuses années.
La conception commence toujours par une modélisation 3D. Je travaille directement avec notre équipe de dessinateurs, auxquels je donne des directrices créatives. Je puise mon inspiration dans les tendances actuelles, en observant ce qui se fait dans les secteurs de l'architecture et de la décoration, mais toujours dans une optique haut de gamme. »

Lumière sur mesure

Lumière sur mesure

Luxe et volupté, les interrupteurs de l’Atelier Luxus ont aussi l’immense mérite d’être issus d’une production résolument locale. « À part certains composants que l’on trouve uniquement en Chine, tout est fait chez nous », précise Naci Arel. « La conception des modèles, la confection des pièces, les finitions, l’assemblage sont effectués dans nos ateliers à Liège et à Charleroi. Sur le plan technique, tout est également vérifié en interne afin d’assurer une qualité optimale de chaque produit fini ».
Du 100% belge qui séduit néanmoins de nombreux clients étrangers, notamment dans le secteur de l’hôtellerie en France, en Allemagne, en Espagne, au Maroc… « Nous proposons un produit sur-mesure, c’est notre force. Le marché de l’appareillage électrique est très compliqué. Chaque pays a ses normes, il faut obtenir des certifications… Pour réaliser notre promesse, nous proposons au client de nous envoyer un échantillon. Quand nous l’avons, nous le démontons complètement en enlevant toutes les parties en plastique. Et à partir de là, nous créons son nouvel habillage en intégrant les éléments propres à son marché. En plus de cela, nous respectons également toutes les demandes en matière de finition – un aspect très important quand on travaille dans le haut de gamme – même si elles ne sont pas proposées à la base dans notre catalogue. »

Le laiton, un matériau vivant

Le laiton, un matériau vivant

Ce qui caractérise le plus les produits Luxus, c’est l’épurement. Des interrupteurs et des prises sobres mais dotés de leur propre identité, et toujours dans une recherche de perfection. Un raffinement ultime qui permet au produit d’exister par lui-même. Sans jamais faire apparaître le moindre logo.
Une discrétion doublée du choix d’un matériau exceptionnel : le laiton. « Cet alliage à base de cuivre et de zinc est très utilisé dans la décoration d’intérieur », précise Naci Arel. « Nous l’avons choisi parce qu’il donne la possibilité d’obtenir des finitions et des patines très nuancées, très diverses. Un résultat impossible à obtenir avec l’aluminium ou l’inox, qui sont souvent employés pour les interrupteurs. Le laiton est également un matériau qui vit. Sa patine va évoluer avec le temps tout en continuant à s’intégrer parfaitement dans le décor. » Un modernisme longue durée, innovant mais hors du temps. Nous n’allumerons plus la lumière de la même façon…

Ces articles vous intéresseront peut-être également