Shigeru Ban : l'architecture japonaise haut de gamme à Anvers

Shigeru Ban : architecture japonaise haut de gamme en bois à Anvers

Audi Magazine

À Nieuw Zuid à Anvers, les travaux de construction d'un véritable nouveau lieu de référence ont récemment débuté. Son nom : BAN. Le projet consiste en une tour résidentielle en bois de 25 étages, deux bâtiments inférieurs du même style et un vaste jardin intérieur. Il a été conçu par le grand architecte japonais Shigeru Ban. C'est une première pour notre pays.

Un design harmonieux qui allie la fonctionnalité à une esthétique époustouflante et émotionnelle : les créations d'Audi et de Shigeru Ban se rejoignent dans de nombreux domaines. La Seine Musicale à Paris, le Centre Pompidou à Metz, le Mount Fuji World Heritage Center à Shizuoka, l'Aspen Art Museum sont quelques-unes de ses créations exceptionnelles. Considéré comme l'un des architectes les plus innovants au monde et récompensé par le prestigieux prix Pritzker en 2014, Shigeru Ban a étudié et travaillé dans différentes universités américaines et japonaises. De toutes ces expériences, il combine des éléments du modernisme occidental avec des techniques et des méthodes de l'architecture japonaise.

Shigeru Ban : architecture japonaise  haut de gamme en bois à Anvers
Construction avec des tubes en papier

Construction avec des tubes en papier

Shigeru Ban ne réserve pas son talent visionnaire aux seuls projets prestigieux. Par exemple, il a maintenant la réputation de développer des logements d'urgence pour les réfugiés des tsunamis, des tremblements de terre et d'autres catastrophes. Il les fait souvent construire avec des tubes de papier, qui peuvent être rapidement déployés, déplacés et en plus recyclés. Il a également appliqué ce principe à la reconstruction d'une église à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, qui fut détruite par un tremblement de terre en 2011. Celle que l’on surnomme « Cardboard Cathedral » repose sur 98 tubes en carton délibérément visibles, qui ont été recouverts d'un revêtement résistant à l'humidité et au feu. Cette construction impressionnante est si solide qu'elle peut facilement rester debout pendant des décennies, jusqu'à ce qu'une nouvelle cathédrale permanente soit édifiée.

« The Accidental Environmentalist »

« The Accidental Environmentalist »

Au fil des ans, sa préférence pour les matériaux de construction peu orthodoxes tels que le papier et le carton, est devenue l'une des marques de fabrique de Ban. Mais son penchant pour le bois lui vient aussi de la tradition architecturale du Japon. « J'ai commencé à utiliser du papier et du bois recyclés comme matériaux de construction en 1985, bien avant l'apparition de l’élan pour la durabilité. La tendance est désormais à l'utilisation du bois et d'autres produits écologiques. Dans mon cas, cela s'est produit par accident. Le New York Times m'a un jour appelé "The Accidental Environmentalist" dans un article. Cependant, il ne faut pas croire que le bois doit soudainement devenir le nouveau béton. Chaque matériau a ses propres avantages : le béton en a certains, le bois en a d'autres. Et chaque matériau doit être utilisé en fonction de ses propriétés spécifiques, ils ne doivent pas être en concurrence les uns avec les autres."

Constructions hybrides

Constructions hybrides

« À l'origine, je voulais réaliser une construction complète en bois à Anvers, mais la législation locale ne le permet pas. Depuis le grand incendie de Londres en 1666, l'utilisation du bois dans les villes est strictement réglementée. Même pour le bardage, cela restait un défi. L’autorisation a finalement été donnée grâce à l'utilisation d'un traitement ignifuge », explique Shigeru Ban. « Par ailleurs, les émissions de CO2 d'un bâtiment en bois sont beaucoup plus faibles que lorsqu'on travaille principalement avec de l'acier ou du béton, car il s'agit d'un matériau beaucoup plus facile à manipuler, tant au niveau de la production que de la construction. La tour résidentielle en bois BAN sera donc une construction hybride de béton, d'acier et de bois, les éléments de façade en bois étant la signature de l’édifice. La façade en bois est vraiment ma marque de fabrique ; je suis heureux de pouvoir laisser mon empreinte dans le paysage urbain d'Anvers avec elle. »

Espaces intermédiaires

Espaces intermédiaires

Pour l'architecte, le lien entre l'homme, le bâtiment et l'environnement est essentiel. « Dans mes bâtiments, j'essaie toujours de créer un “espace intermédiaire” flexible entre l'intérieur et l'extérieur. Selon les saisons, il devient une partie intégrante de l'espace de vie, complètement extérieure ou semi-extérieure. De cette façon, tout s'harmonise parfaitement. Pour BAN à Anvers, j'envisage une grande terrasse suffisamment ombragée autour de chaque appartement, où les gens pourront profiter pleinement du parc paysager environnant et du jardin intérieur d'inspiration japonaise. Le bardage en bois du bâtiment sera unique dans le contexte belge. Il donnera également un aspect très agréable à la zone environnante, ce qui me semble être une réalisation importante de ce projet. »

Ces articles vous intéresseront peut-être également