Oubliez les 5 sens. Liviu Babitz est bien plus.

Audi Magazine

Les nouvelles Audi A8, A7 Sportback et maintenant la toute nouvelle A6 Berline se distinguent par un niveau d'intelligence et une approche des sens inédits. Mais, quelles sont les réelles implications de la révolution technologique de l'intelligence artificielle et des capteurs pour les humains ? Nous avons demandé à Liviu Babitz, un cyborg israélien qui s'est implanté un sixième sens dans le corps.

"Nous pouvons sauter quelques centaines de milliers d’années d’évolution humaine. Nous devons même le faire", estime Liviu Babitz. Avec Cyborg Nest, il a fondé la première entreprise du monde qui dote les individus de sens supplémentaires. Interview !

Oubliez les 5 sens. Liviu Babitz est bien plus.
Je pense qu'à long terme nos corps recevront directement de nombreuses données

"Je pense qu'à long terme nos corps recevront directement de nombreuses données, sans que nous ayons à les solliciter consciemment et en permanence avec nos yeux. Le mot est de Liviu Babitz, cofondateur de Cyborg Nest, première entreprise au monde qui utilise la technologie pour donner aux humains l'occasion d'élargir leur perception de la réalité en ajoutant de nouveaux sens à leur corps et à leur vie.

Ce savoir, il le doit à The North Sense, un implant greffé dans sa poitrine relié au champ magnétique de la Terre. Grâce aux vibrations, il ne perd littéralement plus jamais le nord.

Cyborg Nest travaille actuellement au développement d'autres sens, mais pour le moment Babitz ne veut pas trop en parler. "La technologie est devenue quelque chose dans ma vie avec laquelle je peux changer les choses", dit-il.

Le North Sense est greffé dans votre poitrine. Pour les autres sens, il faudra implanter des fils dans le cerveau. Rien que d'y penser, l'idée peut déranger.

Le North Sense est greffé dans votre poitrine. Pour les autres sens, il faudra implanter des fils dans le cerveau. Rien que d'y penser, l'idée peut déranger.

"Ça arrivera plus vite que les gens ne le pensent. Personnellement, je n' y vois aucun problème. Nous devons nous adapter au changement. Nous avons adapté nos systèmes, comme la circulation automobile et aérienne, à de nouvelles situations. Cela doit également s'appliquer à nous."

La mise à niveau du corps humain semble imposer des choix radicaux. Ou est-ce parce que nous n'y sommes pas – encore – habitués ?

Nous sommes tout à fait ordinaires, sauf à propos de technologie. Il suffit de voir le succès de la chirurgie esthétique et plastique. Preuve que nous acceptons déjà très bien d'adapter notre corps. Avec le biohacking, l'objectif est différent. Il ne s'agit plus d'esthétique, mais bien de bénéfices cognitifs et neuronaux."

Et la question de la vie privée ? Avec les Google Glass, vous saviez que quelqu'un vous filmait de sans votre consentement. Les sens augmentés ou nouveaux créent-ils de nouvelles résistances ?

"Notre définition de la vie privée va radicalement changer. Cela restera important, mais nous en aurons une interprétation différente. Je vois des gens qui masquent l'appareil photo de leur téléphone ou de leur PC parce qu'ils ont peur que d'autres puissent voir ce qu'il font. Personnellement, que l'on puisse avoir un œil sur ce que je fais la journée ne me dérange pas."

La technologie peut également servir à maintenir un état policier

La technologie peut également servir à maintenir un état policier. Que pensez-vous de cela en tant qu'ancien directeur général d'une organisation de défense des droits de l'homme ?

"La vraie question est de savoir quel traitement est réservé à toutes ces données. Qui a le droit de les utiliser et de quelle manière ? Il y a toujours des points de friction, mais je suis une personne positive. Toutes les avancées majeures de l'histoire ont eu des aspects négatifs, mais à la fin, les bénéfices se sont toujours avérés plus importants que les inconvénients. Globalement, nous vivons aujourd'hui dans un monde meilleur. Et celui de demain le sera encore davantage."

Où en serons-nous dans 20 ans ?

"Quoi qu'il arrive, les deux prochaines décennies seront plus passionnantes que nous ne pouvons l'imaginer aujourd'hui. Dans 20 ans, mon fils aura 26 ans. Il aura plus de sens que moi, il en saura plus que ce que savait l'humanité entière au XXe siècle et il programmera un voyage sur la Lune avec ses amis pour la Saint-Sylvestre." Conclut Liviu Babitz.