Que signifie l’utilisation de la 5G pour
les technologies automobiles de demain ?

Audi Magazine

La transition de la 4G vers la 5G apportera beaucoup plus que l’évolution de la 3G vers la 4G. La cinquième génération du réseau mobile est ultra rapide et très fiable. Les données circulent beaucoup plus vite, ce qui permet aux véhicules de mieux communiquer entre eux. Avec des résultats impressionnants à la clé.

 Visitez Audi Ingolstadt depuis votre fauteuil
5g in Belgium 1

Audi développe, teste et offre un support au réseau 5G en collaboration avec ses partenaires. Christoph Voigt, responsable de la connectivité chez Audi, explique pourquoi cela est tellement important. « Nous avions déjà remarqué que chaque nouvelle norme de technologie mobile ouvre la porte à des possibilités et innovations inimaginables auparavant. Avec un réseau de cinquième génération (5G), nous pouvons tout connecter, ce qui nous rapproche encore plus de l’Internet des Objets. Les voitures sont mieux reliées à leur environnement et peuvent mieux communiquer entre elles. De nouvelles perspectives peuvent ainsi voir le jour. »

5g in Belgium 2

Audi prend de l’avance avec la 5G

« Audi explore depuis longtemps la communication mobile », poursuit Voigt. « Nous occupons un rôle de pionnier dans ce secteur depuis des années. Nous étions les premiers à utiliser l’UMTS ainsi que la technologie LTE. Et avec la nouvelle Audi A8, nous étions le premier constructeur au monde à la proposer sous la forme LTE Advanced. Il est donc logique que nous voulions prendre les devants avec la 5G.

La 5G offre de nombreux avantages à l’industrie automobile. Actuellement, la 4G dispose d’une vitesse de 50 Mb par seconde. Avec la 5G, ce sera 500 Mb par seconde. Un volume aussi important et rapide de données va jouer un rôle crucial dans la communication entre les véhicules. Ces derniers sont de plus en plus souvent équipés d’une connexion Internet, avant tout pour l’infodivertissement. À l’avenir, les voitures pourront encore mieux communiquer entre elles, mais aussi avec ce qui les entoure. Les conducteurs seront avertis des dangers et des obstacles présents sur la route, ce qui améliorera le trafic et permettra d’éviter les accidents.

« Avant, la combinaison des applications mobiles était très simple », reprend Voigt. « La voiture était alors la plupart du temps pourvue d’un smartphone. Mais cela ne suffit plus pour la communication entre les véhicules. La diffusion devient alors un facteur clé. Les usagers de la route doivent parler le même langage que les infrastructures routières afin de pouvoir se comprendre. Pour y arriver, il est important que tout le monde s’unisse dans le développement du réseau 5G. Audi essaie de rapprocher ces deux mondes : la communication mobile et la voiture. »

5g in Belgium 3

Comment la 5G va-t-elle transformer l’expérience de conduite ?

La 5G rend chaque trajet plus agréable. Grâce à l’échange super rapide de données, vous pouvez télécharger ou regarder des films en streaming en cours de route. Aujourd’hui, six minutes sont nécessaires pour télécharger un film d’une heure. Demain, ce sera six secondes. « La 5G, c’est la simplicité », affirme Voigt. « Prenons l’exemple de la conduite coopérative. Cela concerne les manœuvres des véhicules autonomes : s’insérer dans la circulation, rouler en formation, dépasser, etc. La technologie actuelle n’offre pas assez de sécurité, alors que la 5G en apporte beaucoup plus tout au long du trajet : de la prévention des piétons qui traversent aux manœuvres de dépassement plus intelligentes grâce au streaming vidéo, sans oublier un système de freinage plus efficace. »

Au-delà du transport de personnes, des bouleversements encore plus importants sont attendus. La 5G est LA plateforme qui connecte tout avec tout – l’Internet des Objets. Jusqu’à présent, la communication mobile était surtout utilisée pour les applications individuelles. Mais la 5G devient maintenant intéressante à un niveau industriel. « Les entreprises intelligentes, ce n’est pas de la science-fiction », avance Christoph Voigt. « Nous nous dirigeons de plus en plus vers une production artificielle intelligente. La 5G permet de mieux contrôler les robots et les machines. Ceux-ci peuvent également utiliser le réseau pour communiquer entre eux, ce qui améliorera la collaboration et la flexibilité. Des applications par rapport à la gestion de l’énergie, aux soins de santé et aux habitations intelligentes sont également possibles. »

5g in Belgium 4

Audi développe le langage du réseau

Audi participe à la définition du monde de l’énergie digital de demain. Au-delà des produits et des frontières sectorielles, Audi s’engage pour l’application d’EEBUS, la norme qui assurera une communication uniforme pour l’Internet des Objets. Dans le futur, la voiture électrique prendra une part de plus en plus importante dans la consommation d’électricité. Comme les voitures sont à l’arrêt la majeure partie de la journée, leur recharge peut être envisagée de manière plus flexible. De plus, les voitures électriques ne doivent plus être exclusivement dépendantes du réseau électrique. Le stockage des énergies éolienne et solaire offre également un potentiel à exploiter.

Les voitures pourront bientôt communiquer avec les appareils domestiques, les pompes à chaleur et autres consommateurs afin de s’accorder sur leur consommation électrique. Avec pour résultat une gestion plus intelligente de l’énergie. Pour gérer au mieux les besoins, les producteurs et les consommateurs doivent être connectés. C’est précisément l’objectif défini par EEBUS : une communication sans fil pour le système énergétique du futur. Entre les producteurs, les secteurs et les frontières. En plus d'Audi, plus de 70 entreprises internationales travaillent au développement d’un langage commun pour la gestion de l'énergie dans l’Internet des objets.

5g in Belgium 5

Un plan d’action 5G pour l’Europe

La 5G constitue la pierre angulaire de notre société digitale pour la prochaine décennie. Il n'est donc pas surprenant que la Commission européenne ait reconnu l'importance de cette technologie stratégique à un stade précoce. En 2013, la Commission a mis en place une plateforme de partenariat public-privé pour la recherche et l'innovation sur la 5G. Plus de 700 millions d'euros ont été libérés pour le programme Horizon 2020. L'industrie s'est engagée à quintupler cet investissement pour le porter à 3 milliards d'euros.

Pour assurer l’implémentation de l’infrastructure relative à la 5G, la Commission européenne a mis sur pied en 2016 un plan d’action pour la 5G en Europe, dont l’objectif est de déployer un réseau dans tous les États membres de l’UE d’ici fin 2020. Et pour 2025, le développement rapide de l'infrastructure permettra d'assurer une couverture 5G sans faille en milieu urbain, le long des grands axes routiers et à bord des trains. L'objectif est clair : en 2025, le réseau 5G européen doit être prêt pour les volumes massifs de données prévus. 45 % de la population mondiale vivra dans une zone de couverture 5G d'ici début 2025.

5g in Belgium 6

Où en est la 5G en Belgique ?

Si le développement du plan d’action européen pour la 5G bat son plein et que les initiatives se multiplient, on constate un immobilisme assez frappant en Belgique. Alors que tous les autres pays Européens travaillent à l’attribution des fréquences et au lancement de projets test concrets, le dossier stagne dans un bourbier politique dans notre pays. Avant les élections fédérales, les entités fédérées ont bloqué la mise aux enchères du spectre 5G parce qu'elles n'étaient pas d'accord sur une éventuelle clé de répartition, la consommation des médias étant une question régionale. Le comité de concertation n'a pas trouvé de solution, entraînant ainsi un blocage inévitable.

En principe, le déploiement du réseau est bloqué jusqu’à la formation d’un gouvernement fédéral. Mais la Belgique réussit toujours à surprendre grâce à des solutions de secours que personne n’avait vu venir. Afin de préserver les investissements, les innovations, les emplois et la compétitivité, les régions étudient la possibilité de mettre en place un réseau 5G de manière autonome. En coulisse, un lobbying s'effectue auprès des opérateurs afin de débloquer le dossier. Pendant ce temps, l'IBPT, qui chapeaute tous nos systèmes de télécommunication, a usé toute sa patience sur la question des enchères. L'organisme a donc décidé d’accorder temporairement des « droits d'utilisation » sur la bande allant de 3,6 à 3,8 GhZ, soit celle sur laquelle la société privée Citymesh à Bruges possède des fréquences. Cette société met déjà en place des réseaux 5G privés, notamment à l'aéroport de Zaventem et au port de Zeebrugge. Si jamais une vente aux enchères devait avoir lieu, ces droits d'utilisation seraient annulés. La difficulté de respecter l'échéance de fin 2020 semble faire l’unanimité. Dans le même temps, tout le monde est convaincu de la nécessité de disposer d'applications 5G à l'échelle industrielle.

Et une chose est sûre : la 5G arrivera un jour en Belgique, mais tout reste à savoir quand. La conduite autonome, les villes intelligentes et l’Internet des Objets deviendront une réalité plus vite que vous ne le pensez.