Que peut-on attendre de la Formule E en 2020 ?

Audi Magazine

En Novembre 2019, Daniel Abt et Lucas di Grassi ont entamé leur sixième saison de Formule E. Une collaboration synonyme de nombreux succès jusqu’à ce jour, mais cette saison l’équipe Audi Sport ABT Schaeffler doit s’adapter aux nouvelles règle destinées à pimenter encore davantage cette discipline. Et à renforcer le rôle de la Formule E en tant que laboratoire de l’innovation technique.

Verder kijken dan de eerste plaats
Courir pour gagner

Lors de la saison 2017/18, Audi était le premier constructeur allemand à s’aligner avec une équipe d’usine en Formule E. Une initiative directement couronnée par un titre par équipes et une deuxième place au classement des pilotes pour Lucas di Grassi. L’année suivante, Audi n’a pas pu répéter les mêmes résultats mais a tout de même accroché une belle deuxième place au championnat constructeurs. Cette saison, Audi Sport ABT Schaeffler l’a donc entamée dans le rôle du challenger, tout en étant déterminée à lutter à nouveau pour le titre. Un état d’esprit nécessaire pour faire face aux nouvelles règles définies pour la Formule E.

Audi

De nouvelles règles pour plus de tension

La nouvelle saison de Formule E poursuit sur la lancée des précédentes mais apporte plusieurs nouveautés importantes. Des innovations singulières synonymes de grand bond en avant pour la course électrique et pour le sport automobile en général. La saison dernière, l’introduction de la Gen2 était déjà une prise de position. L’accent était mis entièrement sur le groupe motopropulseur, qui a en fait toujours représenté le cœur de la Formule E. L’ABB FIA Formule E a également récemment annoncé que l’utilisation des monoplaces Gen2 était prolongée jusqu’à la saison 2021/22. Des modifications seront toutefois probablement apportées à la puissance, la batterie, au design et à la carrosserie.

Le laboratoire de la révolution électrique

Quels changements pour cette saison ?

Pour rendre la saison 2019/20 encore plus passionnante et uniformiser les règles, la FIA a principalement renforcé les règles de gestion de l’énergie. Désormais, les pilotes disposent de 235 kW de puissance en mode « Attack », au lieu de 225 avant. Ce mode ne peut toutefois pas être utilisé en Full Course Yellow (FCY), un tour de sécurité pendant lequel la vitesse maximale est fixée à 80 km/h et où tous les pilotes doivent rouler en formation.

Pour accroître encore l’importance de la gestion de l’énergie, les voitures perdront 1 kW d’énergie par minute en mode Full Course Yellow – ou lorsque la Safety Car est en piste. Cela signifie qu’ils ne pourront plus économiser de l’énergie en roulant à basse vitesse ou en « collant » la Safety Car. Voilà qui promet de nouvelles stratégies et duels passionnants !

Une confiance à bloc pour la nouvelle saison

Cette mesure a également été introduite pour éviter les situations confuses à l’arrivée. La saison dernière, à Mexico, la batterie du favori Pascal Wehrlein est tombée à plat juste avant la ligne, provoquant le chaos sur la piste. La Formule E a rapidement compris que le risque de perte d’énergie chez toutes les équipes apporterait encore plus de suspense dans la course.

Enfin, le système des points a aussi été légèrement modifié : un point supplémentaire pourra désormais être attribué au pilote qui aura effectué le meilleur tour en phase de qualification, en plus des trois points pour la pole position et le point pour le pilote ayant accompli le tour le plus rapide en course tout en finissant dans le top 10.

Audi

Le laboratoire de la révolution électrique

La Formule va au-delà de l’événement sportif : c’est une ode à la technologie électrique. L’équipe Audi Sport ABT Schaeffler peut s’y livrer à toutes les expérimentations possibles sur l’utilisation du moteur et de la batterie électriques. Et c’est justement ce qui intéresse la marque Audi, par ailleurs l’un des fondateurs de la discipline, au plus haut point. La Formule E est ainsi une plateforme de lancement pour les futurs modèles commerciaux et un maillon essentiel de la chaîne de développement de la gamme électrique d’Audi.

À ce sujet, Audi ne cache plus ses ambitions et veut proposer 30 modèles électrifiés sur le marché d’ici 2025. Lancée en 2018, l’Audi e-tron est le fer de lance de cette nouvelle vision de la mobilité. Sa version Sportback est arrivée fin 2019, et en 2020, un modèle ultrasportif et sensationnel déboulera sur le marché sous l’appellation Audi e-tron GT. « Les compétitions sportives ont toujours été une source d’inspiration pour accélérer le développement des modèles de série. Cet état d’esprit est ancré dans l’ADN d’Audi », explique Allan McNish, directeur d’écurie. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que le concept de récupération d’énergie lors du freinage des voitures de série électriques a été testé à l’origine en Formule E.

Audi

Le groupe motopropulseur est la pierre angulaire du développement de l'Audi e-tron FE06. Audi l’a développé en collaboration avec Schaeffler. Les préparatifs et essais sur piste ont quant à eux été effectués par ABT Sportsline. Basée à Kempten (Allemagne), l’équipe a collectionné les succès en tant que préparateur privé en Formula E entre 2014 et 2017, avant d’associer son nom à celui d’Audi. Espérons que leur puissance permettra à l’équipe d’atteindre encore une fois les sommets pendant la saison 2019/20. Nous vous tiendrons au courant !