De nouveaux défis pour Audi en sport automobile

Audi Magazine

L’histoire d’Audi en sport automobile est aussi riche que variée. Depuis l’arrivée de la quattro dans le Championnat du Monde des Rallyes au début des années ’80, la marque aux anneaux a parfaitement utilisé la compétition pour à la fois soigner son image et développer ses technologies. Le slogan « Vorsprung durch Technik » (soit « L’avance par la technologie ») a été maintes et maintes fois démontré, que ce soit en rallye, en DTM, en Supertourisme, en Endurance (avec notamment la première victoire d’un véhicule hybride aux 24H du Mans 2012), en GT ou encore en Formula E.

Dans une incontestable période de mutation de l’automobile, Audi se lance maintenant un nouveau défi : le Rallye-Raid, avec – bien évidemment – le Dakar comme épreuve phare.


La saison 2021 sera donc la dernière d’Audi Sport en tant qu’équipe officielle dans le Championnat du Monde de Formula E. Avec des objectifs de vente de 40% de voitures électrifiées en 2025 (soit des voitures 100% électriques, soit des plug-in hybrides), il est évident que cette technologie et son développement restent une priorité. En s’engageant en Rallye-Raid dès 2022, Audi veut affronter les conditions les plus extrêmes et les libertés technologiques offertes par le règlement du Dakar font de cette épreuve l’un des meilleurs laboratoires qui soit.

De nouveaux défis pour Audi en sport automobile
Models

Le véhicule qui défiera le désert sera propulsé par une chaîne de traction électrique qui tirera son énergie de batteries de très haute capacité. Pour faire face aux longues distances des spéciales de Rallye-Raid, celles-ci pourront être rechargées en roulant grâce à un moteur TFSI très efficient. L’objectif est de sans cesse améliorer les performances du moteur électrique et des batteries dans les prochaines années, les enseignements tirés permettant aussi d’améliorer les futures Audi de série.

Comme la marque l’avait fait aux 24H du Mans avec le moteur TFSI, puis le TDI et enfin l’hybride, Audi confirme ainsi son statut de pionnier en affrontant l’un des monuments du sport automobile avec une technologie nouvelle.

En outre, Audi continuera son programme de « customer racing », soit la compétition par les clients. Aujourd’hui, le catalogue comprend les Audi R8 LMS éligibles dans trois catégories GT (GT3, GT4 et la dernière venue, la GT2) et l’Audi RS 3 LMS TCR. Dans le cadre de ce programme, Audi continuera à être très actif en Intercontinental GT Challenge (et donc aux Total 24 Heures de Spa) et aux 24 Heures du Nürburgring.

Le mans

Le Mans en point de mire ?

Désormais sous la conduite de Julius Seebach, le directeur d’Audi Sport GmbH reprenant également la compétition dans ses attributions (à la place de Dieter Gass qui quitte son poste de directeur d’Audi Motorsport), la marque aux anneaux a aussi confirmé qu’elle se prépare actuellement pour rentrer dans la nouvelle réglementation des prototypes d’endurance hybrides, le LMDh. Cette catégorie permettra aux équipes de disputer les épreuves majeures en Championnat du Monde d’Endurance et dans le championnat américain dirigé par l’IMSA. Ce qui veut donc dire qu’une même voiture pourra désormais viser la victoires aux 24 Heures du Mans, aux 24 Heures de Daytona, aux 12 Heures de Sebring ou aux 6 Heures de Spa-Francorchamps, par exemple. Le retour d’Audi n’est donc pas officiellement annoncé, mais la marque aux anneaux confirme ainsi publiquement son intérêt pour la nouvelle réglementation. De bon augure !

Vous l’avez compris, Audi compte encore briller en sport automobile dans les prochaines années. « Le message le plus important pour nos fans, c’est que le sport automobile continuera de jouer un rôle important pour Audi à l’avenir », a d’ailleurs déclaré Julius Seebach.

Ces articles vous intéresseront peut-être également