Audi poursuit son aventure en Formula E

Audi Magazine

Les prochains mois de cette cinquième saison de Formula E s’annoncent passionnants. Sept courses ont déjà eu lieu, et cinq sont encore inscrites au calendrier. Comme depuis le début, Audi est bien évidemment de la partie, toujours avec le même duo de pilotes mais avec une nouvelle voiture pour l’écurie Audi Sport ABT Schaeffler. Une compétition à laquelle la marque participe pour l’amour du sport et des performances, mais également le regard tourné vers l’avenir de l’automobile.

C’est en Arabie saoudite que le départ de nouvelle saison de Formula E a été donné. 11 équipes et 22 pilotes se disputent la victoire au cours de 13 courses réparties en 12 manches. Pour la cinquième fois consécutive, Audi concourt avec son duo fétiche composé par Lucas di Grassi (champion en 2017) et Daniel Abt. Sept courses ont déjà eu lieu. La lutte s’annonce âpre entre toutes les écuries mais les nouveautés apportées cette saison devraient apporter encore plus de piment.

Formula E
Un nouveau bolide

Un nouveau bolide

Particularité de la Formula E : tous les constructeurs travaillent à partir d’une base commune pour la voiture, c’est-à-dire avec le même poids, le même châssis, la même batterie et la même limite de puissance. Et pour son cinquième anniversaire, le championnat voit débarquer une nouvelle version de sa monoplace. La Gen1 fait donc place à la Gen2. Avec une première révolution de taille : le changement de voiture ne sera plus nécessaire car la Gen2 dispose d’une capacité de stockage suffisante pour disputer toute la course. Elle est également plus puissante (250 kW) et accélère de 0 à 100 km/h en 2,8 secondes.

Sur cette base, Audi a développé pour ses pilotes l’Audi e-tron FE05. Car si les voitures sont presque identiques, les ingénieurs des équipes peuvent démontrer leur savoir-faire sur le groupe motopropulseur, seul composant propre à chaque écurie. Pour ce faire, Audi a presque recommencé à zéro, avec 95 % de pièces nouvelles. But recherché : encore plus d’efficacité et une meilleure résistance sur la piste, pour gommer les tracas connus en début de saison précédente.

Le suspense encore au rendez-vous

Le suspense encore au rendez-vous

Après son titre constructeur obtenu lors de la dernière course en 2018, Audi s’apprête encore à vivre une saison riche en suspense. Depuis le coup d’envoi de cette cinquième saison de Formula E, les pilotes se sont déjà affrontés à Riyad, Marrakech, Santiago du Chili, Mexico, Hong Kong, Sanya (Chine) et Rome. Le bilan : une victoire pour Lucas di Grassi à Mexico, Daniel Abt toujours dans les points, et Audi sur le podium du championnat constructeur. À mi-parcours, les espoirs d’un nouveau titre par équipe sont donc réels.

Un « Fanboost » amélioré

Un « Fanboost » amélioré

En Formula E, les pilotes peuvent « vraiment » compter sur le soutien de leurs supporters. Ceux-ci peuvent en effet voter pour les pilotes avant chaque course (jusqu’à la veille des essais). Une fois le vote terminé, les pilotes avec le plus de voix disposeront d’un « Fanboost » pendant la course, leur octroyant un surplus de puissance. Cette année, ils seront cinq à en profiter (contre trois auparavant) et pourront l’utiliser pendant la deuxième partie de la course.

Fanboost
Un vrai laboratoire

Un vrai laboratoire

Mettant en avant la technologie électrique, la Formula E est bien plus qu’une compétition sportive. Elle permet en effet aux constructeurs de nombreuses expérimentations en matière de motorisation électrique. Et c’est justement ce qui a directement intéressé Audi, l’une des marques fondatrices de la discipline. La marque aux quatre anneaux est en effet très active sur le marché des voitures électriques, et profite de son activité sportive pour proposer les meilleurs modèles possibles sur le marché commercial.

Le laboratoire
Vitesse et intelligence

Vitesse et intelligence

En 2014, Audi était la première marque premium allemande à s’engager en Formule E, après trois victoires consécutives aux 24 Heures du Mans grâce à la révolutionnaire Audi A8 e-tron quattro. Le passage à la Formule E constituait alors une étape logique puisque cette compétition est utilisée comme laboratoire pour le développement des voitures électriques pour la production en série. Alejandro Agag, CEO de Formula E Holdings : « Avec la Formula E, nous proposons aux constructeurs automobiles et aux grands sponsors un projet d'avenir à long terme différent de celui de la FIA. Notre calendrier ne coïncide pas avec celui de la F1 et nos courses se déroulent dans les rues des villes les plus célèbres du monde. Cela garantit des courses passionnantes et un contact direct avec la population, qui peut vivre l'électromobilité dans sa forme la plus extrême grâce à la course automobile. De plus, un pilote de Formule E ne doit pas seulement être rapide, il doit également être capable de gérer intelligemment l'alimentation électrique de la batterie. C’est un élément important de la stratégie de course. »

Saison 2018-2019 : en route vers un nouveau titre ?

Saison 2018-2019 : en route vers un nouveau titre ?

À l’image de la saison dernière, l’écurie Audi Sport ABT Schaeffler est encore engagée dans une lutte effrénée pour le titre par équipes, remporté lors de la dernière course la saison dernière. La marque aux quatre anneaux a encore cinq courses pour parvenir à reconduire son sacre :

  • 27/04 : E-prix 2019 de Paris
  • 11/05 : E-prix 2019 de Monaco
  • 25/05 : E-Prix 2019 de Berlin
  • 22/06 : E-Prix 2019 de Berne
  • 13/07 – 14/07 : E-Prix 2019 de New-York
Consultez le calendrier complet