Comment Audi emprunte la voie rapide vers la mobilité électrique et durable

Audi Magazine

Lancer plus de 30 modèles électriques d'ici 2025, soit une part de marché de 40 % : telle est l'ambition d'Audi. Une ambition qui aura bien entendu des répercussions sur tous les maillons du réseau, des ingénieurs aux fournisseurs. Au cours de cette transition vers une mobilité électrique, Audi entend en outre jouer la carte de la durabilité sur toute la ligne. L'entreprise s'appuie à cet égard sur l'expertise et l'expérience qu'elle a acquises lors du développement et de la production de l'Audi e-tron.

Audi
Audi

Des véhicules électriques, sur mesure pour le client

Audi est bien plus qu'une marque automobile. Le constructeur s'attelle en effet à fournir une mobilité intégrée et neutre en CO2 dans une version haut de gamme. Voilà pourquoi l'entreprise aspire à une électrification accélérée et à une méthode de travail entièrement neutre en CO2. D'ici 2025, l'empreinte écologique de la flotte – calculée sur un cycle de vie complet d'une voiture – doit diminuer de 30 % par rapport à 2015.

Parallèlement, Audi continue à adapter son portefeuille en fonction des exigences spécifiques des clients. Autrement dit, la marque fait la part belle aux voitures spacieuses qui sont souvent utilisées pour de longs déplacements. Outre des véhicules entièrement électriques, Audi mise sur des transmissions hybrides rechargeables afin de pouvoir offrir la capacité nécessaire à l'ensemble de ses clients.

Audi

Recharger facilement partout

Afin d'être prêts pour le lancement de l'Audi e-tron début 2019, les concessionnaires Audi se sont chargés d'installer des infrastructures de recharge adaptées partout. Plus de 9 500 collaborateurs à travers le monde ont été formés en vue de la commercialisation de l'Audi e-tron.

Il faut également mentionner IONITY, une coentreprise regroupant plusieurs constructeurs automobiles, dont Audi. Son objectif ? Développer un réseau de bornes de recharge rapide dans toute l'Europe. D'ici 2020, on en dénombrera 400 réparties dans 25 pays et distantes les unes des autres de 120 kilomètres maximum.

Pour en savoir plus sur IONITY
Audi

Les utilisateurs ne doivent toutefois pas s'inquiéter s'ils ne disposent pas de borne de recharge IONITY dans les environs. L'Audi e-tron Charging Service donne en effet accès à environ 80 % de l'ensemble des stations de recharge en Europe, ce qui correspond à plus de 110 000 bornes de recharge publiques dans 20 pays de l'UE. Pour recharger leur voiture, les clients ont uniquement besoin d'une carte, car la facturation se fait automatiquement via le compte utilisateur. Par ailleurs, la nouvelle fonction Plug & Charge rendra bientôt les choses encore plus simples : la borne reconnaîtra le véhicule et lancera la recharge.

Audi souhaite donc offrir aux conducteurs de véhicules électriques un réseau de mobilité à la fois étendu et fiable, sans toutefois négliger la durabilité qui est également essentielle. En collaboration avec des fournisseurs d'énergie et des prestataires de services énergétiques, la marque se penche sur le potentiel des réseaux domestiques intelligents.

Grâce au système de charge connect optionnel, les utilisateurs rechargent complètement la batterie de leur Audi e-tron en un peu plus de quatre heures. Le système intelligent pour la maison tient quant à lui compte des besoins des autres consommateurs d'énergie afin d'éviter toute surcharge du réseau. Il est en outre possible de planifier la charge de la batterie aux moments où l'électricité coûte le moins cher. Et les personnes possédant des panneaux solaires peuvent en tirer profit. On annonce une journée ensoleillée ? Le système de gestion de charge intelligent en tient également compte !

Pour en savoir plus sur l'Audi e-tron Charging
Audi

Durable sur toute la ligne

Pour Audi, l'une des étapes vers un avenir durable consiste à développer des véhicules qui soient neutres en CO2 sur toute la ligne, de la production à l'utilisation au quotidien.

Audi s'est en outre fixé un objectif clair : être totalement neutre en CO2 d'ici 2050. Voilà pourquoi l'entreprise multiplie ses efforts afin de nouer le dialogue avec ses partenaires, car ils ont eux aussi un rôle à jouer.

Les premiers résultats sont d'ores et déjà positifs. Diverses entreprises partenaires sont en effet déjà parvenues à réduire leur empreinte en bouclant le cycle de vie des matériaux, en utilisant de l'électricité verte et en recyclant davantage, entre autres. Audi exige par conséquent que ses fournisseurs de cellules de batteries utilisent de l'électricité verte lors de la production.

Économie circulaire

L'usine Audi de Neckarsulm applique depuis 2017 déjà le principe de l'économie circulaire. Les restes de tôles d'aluminium qui y sont manipulées repartent ainsi directement chez le fournisseur qui les recycle et Audi utilise ensuite les tôles recyclées dans le processus de production. Rien qu'en 2018, le constructeur a ainsi déjà économisé quelque 90 000 tonnes de CO2, soit 30 % de plus que l'année précédente. À compter de 2020, Audi prévoit d'étendre cette façon de faire à d'autres usines.

Audi

Pierre de touche pour les fournisseurs

Une durabilité et une efficacité accrues tout au long de la chaîne d'approvisionnement : voilà ce que recherche Audi. La marque a par conséquent lancé en 2017 une classification de durabilité – une pierre de touche qui permet à l'entreprise de vérifier si les fournisseurs respectent certaines normes sociales, environnementales et de conformité.

Audi a également rejoint plusieurs initiatives qui luttent pour le respect des droits de l'homme et de l'environnement dans la chaîne d'approvisionnement. La marque est ainsi membre de la Global Battery Alliance, qui se consacre à la protection des droits de l'homme et des normes sociales dans le cadre de l'extraction des matières premières nécessaires aux batteries, d'une part, et développe des solutions pour la réutilisation des batteries lithium-ion, d'autre part.

Audi

Une production neutre en CO2 à Bruxelles

Un élément important de la mobilité durable est la production neutre en CO2 de voitures électriques. Audi Brussels joue un rôle de pionnier en la matière : le site est en effet neutre en CO2 depuis le début de la production de l'Audi e-tron, et ce, grâce à un passage à l'électricité verte – l'usine a installé en 2012 le plus important système photovoltaïque de la région.

L'usine bruxelloise satisfait également aux exigences concernant le chauffage, avec des certificats pour le biogaz. Dans l'ensemble, l'usine économise jusqu'à 40 000 tonnes d'émissions de CO2 par an grâce aux sources d'énergie renouvelable. Audi investit par ailleurs dans des projets destinés à compenser les émissions qu'il est pour l'instant impossible d'éviter. L'entreprise entend implémenter cette stratégie de manière globale : d'ici 2025, toutes les usines Audi devront être complètement neutres en CO2.

Pour en savoir plus sur Audi Brussels
Audi

Recycler et réutiliser les batteries

Audi s'attelle à développer des processus de traitement pour les batteries usagées. Car si la capacité de charge diminue après quelques années, cela ne signifie pas que la batterie ne peut plus servir. Audi mène actuellement des tests sur des chariots élévateurs et des tracteurs dans l'usine principale à Ingolstadt ainsi que sur le stockage stationnaire d'énergie sur un campus à Berlin.

En collaboration avec Umicore, spécialiste du recyclage, Audi a déjà bouclé la première phase de recherches stratégiques sur un circuit fermé pour les batteries. L'objectif ? Récupérer des matières précieuses telles que le cobalt et le nickel pour les réutiliser dans de nouvelles batteries.

Dans le sens du courant : emmener les collaborateurs sur la voie de l'e-mobilité

Audi investit aussi fortement dans la mobilité électrique au niveau des ressources humaines. L'entreprise recrute ainsi davantage d'experts tout en étoffant son expertise interne et en préparant ses collaborateurs à l'avenir. Le budget formation a par exemple augmenté d'un peu plus d'un tiers, passant de 60 à 80 millions d'euros par an.

Audi mise en outre sur les jeunes talents. L'entreprise adapte en permanence ses programmes de formation aux avancées technologiques et crée de nouvelles fonctions si besoin est.