Histoire du championnat allemand DTM > touring-car-racing0 > Audi Sport > Audi Belgique

Histoire du championnat allemand DTM

  • 1400x438_ade_s2014_18.jpg
1400x438_ade_s2014_18.jpg

La technologie de la voiture DTM est « gelée » par le règlement lorsque le drapeau à damier s'agite pour marquer la fin de la saison 2012. Toute avancée technique est pratiquement impossible. Pour cette raison, l'équipe Audi Sport DTM s'attache à vérifier si l'un des 4 000 éléments qui composent la voiture de tourisme récemment mise au point pour la saison 2012 peut offrir un certain potentiel d'optimisation. Le nom du modèle Audi RS 5 DTM est nouveau. De ce fait, Audi fait directement référence, dans le championnat DTM, aux modèles de production de la marque, qui rencontrent un vif succès. Ce sont au total huit voitures Audi RS 5 DTM qui se trouvent sur la grille de départ du championnat DTM 2013. Elles sont alignées par les trois équipes Audi Sport éprouvées que sont Abt Sportsline, Phoenix et Rosberg. Audi Sport n'a rien laissé au hasard lors de la sélection de ses pilotes : deux d'entre eux ont été sacrés deux fois vainqueurs du championnat DTM, cinq ont déjà gagné des courses de ce championnat – et tous les huit se sont déjà hissés sur le podium au moins une fois.

Le championnat DTM décolle réellement lors de la saison 2012, avec de nouvelles règles techniques véritablement avant-gardistes dans les domaines de la sécurité, de la maîtrise des coûts et du bien-fondé des voitures de course, et avec l'arrivée de la nouvelle Audi A5 DTM. Lors de cette première saison, l'Audi remporte deux victoires grâce au pilote italo-suisse Edoardo Mortara, mais dans l'ensemble, la saison s'avère difficile.

1400x438_ade_s2014_28.jpg

Lors de sept courses sur les dix du championnat DTM en 2011, c'est un pilote Audi qui franchit en premier la ligne d'arrivée : un exploit impressionnant dans la carrière de l'Audi A4 DTM. À la moitié de la saison, Martin Tomczyk se révèle être le candidat le plus prometteur pour remporter le titre au sein de l'équipe Audi, au volant d'une voiture âgée de moins d'un an. Tomczyk et Audi Sport Team Phoenix exploitent tout le potentiel qu'offre l'avantage du poids de l'A4 version 2008 par rapport aux modèles plus courants et s'assurent de remporter la saison lors de l'avant-dernière course à Valence. Tomczyk gagne des points lors des dix courses et se hisse sur le podium à huit reprises.

Lors de la saison 2009, qui coïncide exactement avec le 100e anniversaire de la marque, Audi écrit un autre chapitre dans l'histoire des sports moteurs. La marque aux quatre anneaux est le premier constructeur automobile à remporter trois fois le titre de toute l’histoire du championnat DTM. Après 2007 et 2008, Audi remporte le trophée tant convoité pour la troisième année consécutive. Comme l'année précédente, Timo Scheider est consacré champion au terme d'une saison palpitante. La voiture avec laquelle le championnat a été remporté l'année précédente est améliorée en de nombreux détails, permettant à Timo Scheider de décrocher au total trois victoires et de bien se positionner pour décrocher un nouveau titre. Afin de réduire les coûts, un moratoire est imposé en matière de développement, et la technologie des voitures DTM est gelée. Ceci permet à Audi Sport de se concentrer sur le développement de la nouvelle A5 DTM, à partir de l'hiver 2009/2010.

1400x438_ade_s2014_25.jpg

L'Audi A4 DTM de quatrième génération, quant à elle, est venue a vu et a vaincu. La voiture bénéficie d'une technologie avancée composée de nombreux équipements novateurs, en particulier dans le domaine de l'aérodynamisme. De plus, les ingénieurs d'Audi Sport ont réussi à abaisser le centre de gravité de la voiture et de réduire ainsi davantage son poids à vide. Lors de huit courses sur onze, la voiture qui se positionne à la meilleure place sur la grille de départ est une Audi. Audi remporte six victoires. Timo Scheider, qui prend la pole position à la deuxième course pour ne plus ensuite la quitter, est désigné « homme de l'année ».

La saison 2007 reste gravée comme l'une des plus turbulentes et difficiles de l'histoire du championnat DTM. Seule la dernière des dix courses permet de départager les résultats en faveur de Mattias Ekström pilotant l'Audi A4 DTM. De plus, Audi Sport Team Abt Sportsline se hisse en haut du classement par équipe. Pour pouvoir faire face à la nouvelle Mercedes-Benz Classe C, l'A4 DTM de l'époque est une nouvelle fois améliorée, pour sa dernière saison, à l'aide de nombreux éléments, avant d'être remplacée par le nouveau modèle de l'A4. Depuis la première course, l'Audi est la voiture à battre. Les résultats obtenus durant la seconde moitié de la saison sont particulièrement impressionnants. Lors des cinq courses, une A4 DTM se trouve en pole position.

Audi se décide alors à participer à nouveau au championnat DTM avec une équipe constructeur. Pour la saison 2004, Audi met au point l'A4 DTM, avec laquelle il provoque l'émoi avant même la première course. L'A4 DTM est dotée d'équipements aérodynamiques sophistiqués, notamment plusieurs ailerons supplémentaires à l'arrière. De cette manière, Audi crée à nouveau une tendance qui sera par la suite copiée par la concurrence. Avec son aérodynamisme délibérément abaissé pour plus d'adhérence, l'A4 DTM forme, sur les pistes sinueuses de la saison 2004, une catégorie à elle toute seule. Lors de la course de Brno, Mattias Ekström décroche la victoire qui lui assure le titre. Lors de la finale d'Hockenheim, Audi remporte la première place du classement par équipe et du classement des constructeurs. Douze ans après avoir quitté le championnat DTM, Audi parvient à faire un retour sans faille.

1400x438_ade_s2014_45.jpg

Si, à partir de 1999, l'équipe constructeur d'Audi se concentre sur les prototypes de sport et les 24 heures du Mans, l'équipe ABT Sportsline prend seule le risque de participer à nouveau, en 2000, au championnat DTM alors rétabli. Au cours de la première saison, l'équipe privée paie chèrement sa participation au championnat avec la compacte TT-R. Toutefois, en 2001, avec une version étirée XXL, un aileron arrière ramené encore plus vers l'arrière et un châssis de premier plan, la TT-R apprend rapidement comment gagner des courses. Plus tard, en 2002, l'équipe ABT sort le grand jeu avec un nouveau moteur V8. Laurent Aiello remporte les quatre premières épreuves de la saison contre les équipes des constructeurs Mercedes-Benz et Opel pour, au final, également décrocher de manière sensationnelle le titre de champion. La TT-R ABT-Audi connaît par la suite le même destin que la V8 quattro, ses capacités pour la saison 2003 étant bridées par le règlement.

Les débuts remarqués de l'Audi V8 quattro ont des conséquences fâcheuses. Au cours de la saison 1991, les voitures rivales équipées de systèmes de transmission conventionnels sont autorisées à réduire leur poids de 60 kilos afin de compenser la transmission quattro. La différence de poids s'élève parfois jusqu'à 210 (!) kilos. De son côté, Audi Sport met au point pour 1991 une version évoluée de la V8 quattro. Cette nouvelle version de l'Audi V8 quattro en fait la seule voiture du championnat dotée d'une direction assistée. Résultat : dix victoires et le titre de champion pour le nouvel arrivant Frank Biela. Cette victoire fait d'Audi le premier constructeur automobile dans l'histoire du championnat DTM à avoir réussi à défendre son titre. Vers le milieu de l'année 1992, Audi tourne le dos à ce championnat, la V8 quattro étant soumise à des restrictions, et l'interprétation des règles ayant suscité la controverse.

Au début des années 1990, ce qu'on appelle le « Groupe A » constitue encore la base du championnat DTM. Au niveau international, les voitures de tourisme de production sont classées dans différentes catégories de cylindrées. En revanche, un ensemble de règles de handicap garantit à tous les mêmes chances et une « société sans classes » au sein du championnat DTM. Audi fait ses débuts dans le championnat DTM en 1990 et choisit comme voiture de course la V8 – le prédécesseur de l'A8 actuelle. La grande berline quatre portes n'est pas la solution idéale pour la course, et ressemble de l'extérieur en tous points à la version de production. Pourtant, avec une transmission intégrale permanente et un moteur V8 de 3,6 litres, l'Audi V8 quattro est dès le départ la voiture à battre. Hans-Joachim Stuck remporte le premier titre DTM pour Audi.