Vincent Vosse et Kathleen Schurmans du Belgian Audi Club Team WRT (ou encore WRT ou W-Racing Team) enchaînent les victoires avec l’Audi R8 LMS en GT3
Menu Burger Open Icon Menu Burger Close Icon Home

Duo dynamique

# Audi R8 LMS WRT

Schurmans & Vosse : duo dynamique

L’un a pour ainsi dire grandi dans les paddocks et les stands du circuit, avant de fonder le WRT (W-Racing Team). L’autre a presque débarqué en tailleur dans l’univers des courses, a fait des études universitaires et s’est endurcie dans le milieu des affaires. Vincent Vosse a engagé Kathleen Schurmans pour renforcer l’équipe si étroitement liée à Audi. Interview croisée.

KathleenSchuurmans

Schurmans : entrée dans le monde de la course


Elle n’a pris la direction du WRT que depuis un an et demi à peine, mais Kathleen Schurmans apprend vite. « Ne me demandez pas de vous donner des explications techniques à propos du moteur de l’Audi R8 LMS. Mais je sais tout de même faire la différence entre une course de Sprint et d’Endurance. » Schurmans n’est pas vraiment dans son habitat naturel, avec la R8 LMS. Elle possède un diplôme d’ingénieure industrielle. Une carrière fulgurante dans les projets TIC, la consultance et le détachement ont fait d’elle une manager de carrure internationale. Il a fallu un concours de circonstances entre la classique ‘recherche d’un nouveau défi’ et une conversation avec Pascal Weerts (président du Conseil d’administration du WRT, qui voulait renforcer la fonction non sportive au sein du WRT) pour l’attirer dans cet univers. « Au départ, je les prenais pour deux hommes qui faisaient un peu de compétition. Mais j’ai vite été fascinée par leur histoire. Je ne savais pas qu’une aussi belle entreprise d’allure internationale et d’une telle envergure était basée ici en Belgique. J’étais conquise. »

 

Les renforts à la direction tombaient à point nommé, dans cette entreprise en pleine expansion à laquelle un appui professionnel devait permettre de continuer à progresser. La co-CEO allait être chargée de hisser le ‘back office’ et les services d’appui (RH, comptabilité...) du WRT au même niveau que la performance des pilotes. « Attention, cette entreprise tourne déjà bien et affiche un beau chiffre d’affaires, il ne s’agit pas de recoller les morceaux. Le but était de veiller à préserver la croissance actuelle dans le futur », explique-t-elle.

 

« Le travail d’équipe se fait ici de manière tout à fait spontanée, naturelle. Les équipes qui travaillent dans l’atelier sont autonomes. Pour moi qui venais d’entreprises classiques, très hiérarchisées, c’était très surprenant. Ici, il y a peu de contraintes, mais de nombreuses attentes. Ces attentes tournent toutes autour d’un seul et même mot : gagner. »

VincentVosse

Vincent Vosse : pas de marge

L’architecte de cette philosophie d’entreprise, Vincent Vosse, est assis à côté d’elle et acquiesce. Il se rend compte que même pour les mécaniciens, le fait de travailler chez WRT constitue le nec plus ultra, mais il ajoute une précision importante. « Chacun doit adhérer à notre esprit d’entreprise. Pour moi, cela prime de loin sur les compétences. Celles-ci, vous pouvez les acquérir, vous baignez dedans. Nos mécanos sont surtout très motivés. Bien sûr, le fait de travailler pour une équipe gagnante aide également. Dans le monde des affaires, on peut réussir à de nombreux niveaux. En sport, on ne peut que gagner. »

 

Et Vosse de poursuivre : « En sport automobile, c’est simple. Il y a des délais précis. Tout le monde les connaît : le début des échauffements, des tours de qualification ou de la course. Tout doit être prêt, il n’y a pas de marge, pas de place pour un scénario B. » Le Team Principal du WRT explique qu’entre deux saisons, son équipe ne dispose que de quelques mois pour conformer la voiture à la nouvelle règlementation. « Nous ne connaissons pas le luxe dont jouissent les industriels, où un produit est mis sur le marché après trois ans et quantité de tests. Chez nous, une solution doit être trouvée beaucoup plus rapidement. D’où l’importance que chaque mécanicien fasse preuve d’initiative et de sens des responsabilités. »

 

Et d’ardeur au travail, souligne Kathleen Schurmans. « Le monde de la course est beaucoup plus ardu que le monde des affaires, où j’ai déjà tant entendu de managers se plaindre de fatigue et de leurs heures supplémentaires. Qu’ils viennent seulement voir, le travail est ici infiniment plus intense. Je suis allée à Monza, où j’ai vu toute l’équipe, Vincent compris, travailler d’arrache-pied jusqu'à une heure du matin. Sans que personne ne le demande. Cela paraissait normal. L’un des camions du WRT affiche Go hard or go home. Cela veut tout dire. »

Kathleen_Vincent

Un même objectif : la victoire

L’un a fondé l’équipe il y a huit ans, l’autre vient d’arriver. Pourtant, les deux se complètent par leur façon de penser. Même unisson du côté des devises personnelles, apparemment. Celle de Kathleen Schurmans : Hard on the issue, soft on the person. En d’autres termes ? « À tout moment et quelle que soit la situation, il faut se montrer respectueux de la personne. Mais sur le sujet-même, l’objectif, il faut être strict. Lorsqu’on travaille ici, on a un objectif. Il règne peut-être une bonne ambiance, mais ce n’est pas le Club Med. On ne prend pas les choses à la légère, ici. Il n’y a aucune zone d’ombre. Les exigences et les attentes sont claires. Ce qui est bien, c’est que la direction n’a pas besoin de l’expliquer en long et en large. Tout le monde place spontanément la barre très haut. Chacun travaille avec passion, c’est contagieux et cela renforce l’équipe. »

 

Plus qu’une devise personnelle, Vincent Vosse a un but. Il est aussi direct que l’homme. « Réussir dans ce que nous faisons. Quelle que soit la tâche exercée, tout le monde tend vers le même objectif : gagner. Au cours d’un même week-end, nous participons parfois à plusieurs compétitions, parfois sur des continents différents. Le lundi, c’est simple : notre objectif précis apparaît tout de suite lorsque nos résultats s’affichent au tableau. Avons-nous gagné ou pas ? »

3

Personnel motivé

Lorsqu’à la fin de l’interview, le photographe entre en action, Vosse et Schurmans lancent à l’unisson : « Pourrions-nous également prendre une photo avec l’équipe de l’atelier ? » C’est typique de l’entreprise. En sortant, Schurmans explique : « Dans les milieux d’affaires classiques dont je viens, il faut organiser des réunions pour voir comment motiver le personnel. Ici, j’ai tout de suite pu passer à autre chose car la question ne se pose même pas. C’est plutôt l’inverse, la direction se demande comment innover pour remercier notre personnel de sa motivation incroyable. »

Succesverhaal

Une success story

Le WRT est né en 2008, lorsque le célèbre pilote de course Vincent Vosse – qui compte entre autres une victoire aux 24 Heures de Spa à son palmarès – a décidé de mettre sur pied sa propre équipe, avec René Verbist et Yves Weerts. « Je ne savais pas trop dans quoi je me lançais. Nous l’avons fait pour l’aventure, en toute modestie. Une petite équipe belge qui visait tout au plus une simple participation aux 24 Heures de Spa. Je pensais même que cela resterait une activité complémentaire. » Les trois partenaires affichaient un profil complémentaire : la connaissance du secteur de Vincent, le bagage technique de René Verbist (qui a dirigé durant des années plusieurs divisions du sport automobile au sein du groupe VW) et l’assise financière d’Yves Weerts.

 

Les choses sont allées beaucoup plus vite que prévu. Les projets de Vosse sont parvenus aux oreilles du pilote Audi Tom ‘mister Le Mans’ Kristensen, qui l’a mis en contact avec les quatre anneaux. Audi envisageait justement de participer au championnat GT3. Puis les choses se sont accélérées : la deuxième année, le WRT a reçu un appel du quartier général d’Audi en Allemagne, qui lui proposait une collaboration étroite. À présent, le WRT emploie plus de 80 personnes et est engagé dans de nombreux championnats, dont le Blancpain Endurance Series et le Blancpain Sprint Series – chaque fois avec l’Audi R8 LMS – impressionnent le plus. Dans ces deux disciplines, tant l’équipe que les pilotes individuels ont accumulé les victoires ces dernières années. En plus des participations aux courses au volant de l’Audi R8, le WRT construit et commercialise la version EVO-3 des célèbres voitures VW Fun Cup.

Belgian Audi Club

Depuis le début, le WRT est soutenu par le Belgian Audi Club. Les membres du Club bénéficient de ce fait d’une foule de privilèges pour assister aux premières loges aux courses du WRT.

 

Envie de devenir membre ? Consultez www.belgianaudiclub.be . Aux dirigeants d’entreprise, aux PME et aux indépendants, le Club propose également un VIPartnership avec d’autres avantages encore.

Aucun contenu lié n'a été trouvé.