#untaggable
Menu Burger Open Icon Menu Burger Close Icon Home

Thiam et Boon après l’or et l’argent

# untaggable #AudiA1 #AudiQ2 #NafiThiam #TomBoon

Après l’or et l’argent

De l’or et de l’argent, en effet ! Mais les prouesses de Nafi Thiam et de Tom Boon, des Red Lions, aux Jeux olympiques ne se résument pas à leurs médailles. Monologue de deux héros belges.

Nafi

Nafi Thiam : parcours sans faute

“La médaille a effectivement été une grosse surprise, pour moi aussi. J’étais prête mentalement, mais je ne savais pas si je serais physiquement à la hauteur. J’ai tout simplement suivi le parcours idéal, surtout durant les Jeux. On n’arrive peut-être qu’une seule fois dans sa vie à accomplir un heptathlon parfait. Je n’en étais en tout cas pas loin. Qui sait, je ne pourrai peut-être jamais améliorer ces 6810 points. Cela ne veut cependant pas dire que je compte lever le pied. Je continue à m’entraîner durement et je suis encore très jeune. Je peux encore m’améliorer dans chacune des épreuves individuelles. Reste à voir si je pourrai le faire deux jours d’affilée. Mais il ne faut jamais dire jamais.

 

Vous savez, je suis partie à Rio avec un seul objectif : l’heptathlon. De l’extérieur, on ne se rend pas compte à quel point j’ai dû puiser dans mes ressources. Le lendemain de la compétition, je tenais à peine sur mes jambes. Cela épuise mentalement aussi, c’est un aspect que l’on sous-estime. Je ne regrette donc pas du tout d’avoir dû déclarer forfait pour le saut en hauteur. J’ai une médaille d’or.

 

En dehors de l’athlétisme, j’ai toujours accordé de l’importance aux études. Je tiens à me développer sur ce plan également, à obtenir un diplôme universitaire. L’athlétisme n’offre pas des ponts d’or. Et la carrière ne dure qu’un temps. Je veux me nourrir de savoir. Je trouve cela sain de trouver un équilibre entre le sport et la vie au dehors. Se contenter de faire des tours de pistes, ce n’est pas pour moi. Je m’ouvre au monde.”

 

Tom

Tom Boon : le moment le plus intense

“C’est impressionnant de voir à quel point toute la Belgique était derrière nous. Hier encore, un chauffeur de taxi me confiait qu’il était fan de football, mais qu’il a suivi pour la première fois nos matches de hockey. Nous avons montré que c’était un sport fabuleux. Nous avons fait la fierté de la Belgique, c’est la plus belle chose que puisse faire un sportif.

 

Le chemin vers le sommet a été long, nous nous sommes battus durant des années pour un seul objectif : Rio. Tout a commencé en 2007. Nous avions alors remporté le bronze aux championnats d’Europe, à Manchester. Cela a marqué le début de ce qui nous a rapporté l’argent aux Jeux olympiques. Le budget, l’encadrement professionnel, les infrastructures, les meilleurs entraîneurs : tout s’est amélioré. À Londres, en 2012, nous avons connu une première expérience olympique, avant de finir deuxième aux championnats d’Europe à Boom en 2013. Ces derniers étaient mon rêve, je n’avais que 22 ans à l’époque.

 

Dans l’optique de Rio, nous avons enchaîné les tournois, avec une réussite variable. Lorsque nous perdions, cette expérience était mise à profit le match suivant. Chaque défaite est une leçon, vous l’emmenez dans vos bagages, elle vous rend plus fort. À Rio, nous étions pleinement confiants. Les larmes aux yeux à la remise des médailles ? Bien sûr, tout se rejoint d’un coup ! Vous pensez à tous les sacrifices. À vos cinq ans, où vous vous êtes lancé dans le sport, aux longs trajets qu’ont dû effectuer vos parents pour les entraînements et les matches. Des dizaines d’années qui vous reviennent en mémoire en quelques secondes. C’est sans doute le moment le plus intense de votre vie.”

TomBoonAudi2
NafiAudi

Tom et Nafi et Audi

Entre nos deux médaillés olympiques et Audi, c’est une affaire qui roule. En rentrant chez elle de Rio, Nafi Thiam a, par exemple, eu la surprise de découvrir son Audi A1 ornée de... quatre anneaux en or. Que pensent-ils de ‘leur’ marque ?

 

Tom : « Audi est synonyme pour moi d’élégance. Je suis surtout séduit par cette simplicité, cette ligne épurée. Mes parents roulaient déjà en Audi et, lorsque j’étais adolescent, c’était la seule marque qui comptait. Cela fait maintenant plusieurs années que je conduis une Audi A1 Sportback. C’était particulièrement avantageux lorsque je jouais encore aux Pays-Bas. Comme je parcourais facilement des milliers de kilomètres par semaine, c’est un luxe de pouvoir le faire dans des conditions plus confortables. »

 

Nafi : « Je suis très curieuse d’esprit. Je ne m’y connais pas beaucoup en voiture, mais je saisis chaque occasion d’apprendre. Le monde d’Audi s’est ainsi ouvert à moi. Je conduis depuis plusieurs mois une Audi A1. Une très chouette voiture, maniable, facile à garer... une bonne tenue de route. Même dans un modèle en apparence si petit, on voit tout de suite qu’Audi soigne les détails, la finition. J’ai été étroitement impliquée dans le lancement de l’Audi Q2. Elle constitue pour moi la solution idéale, un concept tout nouveau qui marie le meilleur du SUV et d’autres modèles. Audi est une marque constamment à la recherche de l’excellence, des performances et de la façon de les améliorer. Je m’y retrouve tout de suite, bien sûr. Nous allons bien ensemble !

Aucun contenu lié n'a été trouvé.