La nouvelle Audi A5 : Gran Turismo idéal ? En quoi innove-t-elle ? En quoi la voiture se différencie-t-elle ? Le trio de designers lève un coin du voile.
Menu Burger Open Icon Menu Burger Close Icon Home

L’essence même du Gran Turismo

# AudiA5 #nowthatsacoupe #A5Coupé

Pas de doute, l’esthétique de l’Audi A5 Coupé constitue un véritable coup de maître. Mais le défi auquel est confrontée l’équipe Audi chargée de concevoir la deuxième génération de la Gran Turismo n’en est que plus difficile à relever.

3

Cette voiture constitue une véritable icône.

Lorsque l’Audi A5 a été lancée, en 2007, elle n’a pas conquis que le public. Même son concepteur, d’ordinaire plutôt réservé, l’a encensée : « C’est la plus belle voiture que j’aie jamais dessinée », avait déclaré Walter de Silva, à l’époque responsable du design chez Audi. Mais les experts du secteur n’ont pas non plus tari d’éloges à propos du design sportif et élégant du nouveau coupé. L’Audi A5 est une routière grand tourisme sublime comme on en construit peu. À l’heure actuelle, ce modèle est considéré comme un jalon monumental dans l’évolution du langage esthétique de la marque aux quatre anneaux.

 


Le privilège de dessiner la ligne de caisse de la deuxième génération d’Audi A5 est revenu à une équipe de trois designers : Frank Lamberty, Jakob Hirzel et Stephan Fahr-Becker. Leur conception de la nouvelle Gran Turismo avait remporté les suffrages lors d’un concours interne. « Une telle mission est une malédiction autant qu’une bénédiction. Cette voiture constitue une véritable icône. Il a fallu effectuer des choix conceptuels : la respectons-nous au maximum en procédant avec des gants ou offrons-nous à la nouvelle version une esthétique aussi novatrice et typée qu’au premier modèle ? », confie Frank Lamberty. « C’était un grand honneur de pouvoir collaborer à la conception de la nouvelle Audi A5 », ajoute Jakob Hirzel.

1

Une allure plus musclée, plus athlétique.

Le lifting du modèle phare actuel a débuté il y a quatre ans. Dès le départ, le trio de designers est parti de l’idée de conserver et d’agrandir en quelque sorte les éléments les plus marquants du coupé. À commencer par la ‘vague’ caractéristique au-dessus des passages de roues, apparue pour la première fois sur l’Audi A5. Cette ondulation reste aujourd'hui un élément clé du caractère sportif et émotionnel de la voiture. Afin de souligner encore davantage la musculature à trois dimensions de la ligne de caisse, Hirzel et ses collègues ont encore marqué un pli. Une arête arrondie sous la ‘vague’ crée un jeu d’ombre. Jakob Hirzel explique : « Sous l’arête, la carrosserie paraît plus sombre qu’au-dessus. Cela donne à la voiture une allure plus musclée, plus athlétique. » Autre avantage : le regard est dirigé vers un point focal plus bas, de sorte que le coupé semble plus proche de l’asphalte.

 


Tout aussi typique de l’Audi A5, le montant C triangulaire qui se distingue cette fois en ne se fondant pas dans la carrosserie. « Nous avons délibérément marqué une ligne de séparation entre les surfaces, de sorte que le cockpit forme un ensemble tridimensionnel posé sur la carrosserie. » On croirait a priori que l’angle dans le haut de la vitre latérale arrière est un pur hasard, alors que ce n’est pas du tout le cas. Au contraire. « Ce clin d’œil donne l’impression que la base du montant C arrive beaucoup plus loin. C’est très important car le montant vient ainsi juste au-dessus du passage de roue, ce qui accentue le dynamisme visé », confie Hirzel. En fin de compte, le design devrait toujours se baser sur les aspects qui distinguent Audi, d’un pointe de vue technologique. Étant donné que la transmission quattro est disponible en option sur la nouvelle Audi A5, les quatre roues méritent d’être autant mises en valeur. Cet équilibre ne frappe pas seulement vu de côté, mais aussi d’en haut. La voiture est plus large à l’avant et à l’arrière – où le début et la fin de la ‘vague’ arrondissent les lignes.

234px × 270px – Editorial_VERTIKAAL

Simplement très équilibrée

Un détail esthétique marquant apparaît sous la ligne de caisse, où se rejoignent le passage de roue et la charnière de la portière. Un petit élément chromé fait référence aux grilles d’aération des GT classiques, mais prolonge également visuellement le capot. Mais c’est de devant que l’Audi A5 de la deuxième génération révèle le plus son statut d’interprétation moderne d’un Gran Turismo : le coupé est aussi élégant que sportif. L’ondulation suggestive par laquelle se termine le capot allongé en dit long sur le moteur qu’il cache. Et si cela ne suffit pas pour vous convaincre, les proportions de la calandre le feront. Comparé au modèle précédent, la calandre a en effet été élargie, mais ce n’est pas tout, loin de là. L’angle que porte le haut de la calandre donne l’impression que les phares ont été dessinés par-dessus, ce qui renforce encore leur position dominante. Frank Lamberty est clair : « Cela donne un tout autre caractère à la voiture. Ce qui distingue la nouvelle Audi A5 de l’Audi A4, c’est son allure sportive. Pas agressive, simplement très équilibrée. » On la doit avant tout aux phares mêmes, qui forment le prolongement parfait du capot : l’un des points forts du design Audi. « La qualité supérieure et le souci du détail se reflètent dans le design et la fonctionnalité, comme en témoigne la jointure à peine visible entre les phares et le capot. Il est presque impossible de faire mieux », ajoute Stephan Fahr-Becker.

Le même savoir-faire se remarque à hauteur du coffre de la nouvelle Audi A5, incliné vers l’avant et aux découpes ciselées. Une fois de plus, la qualité « sculpturale » du design est mise en avant. Jakob Hirzel explique : « L’avantage est que toutes les surfaces semblent courbées comme sous l’effet d’une pression intérieure. Comme des muscles tendus. Il donne à la voiture une allure et une sensation encore plus robuste. » La vue arrière fascinante est due également dans une large mesure à la finesse des blocs optiques. Ils attirent d’emblée le regard par la séparation nette entre lumière et ombre. Le troisième feu stop ne passe pas inaperçu non plus. Il ne prend pas place, comme de coutume, dans le haut de la lunette arrière, mais est intégré dans une baguette sous le toit et court sur toute la largeur, ce qui souligne à nouveau la largeur de la voiture.

Un avantage de plus, puisque cette installation compacte a permis aux concepteurs d’abaisser le toit de cinq millimètres. Cela paraît peu, mais cela montre que les concepteurs de l’A5 réalisent les objectifs qu’ils s’imposent. « Nous avons pris grand soin à ce que la voiture ne semble sous aucun angle ‘bouffie’ », précise Stephan Fahr-Becker.

 

Le défi auquel étaient confrontés les concepteurs de la carrosserie au départ a été relevé haut la main. Ils ont réussi à maintenir l’équilibre entre préservation et progrès, en accomplissant un pas en avant là où c’était possible, tout en respectant les formes d’origine. Stephan Fahr-Becker se souvient : « La conception d’une nouvelle Audi reste un défi de taille. Mais peut-être était-il encore plus grand pour l’Audi A5 que pour tout autre modèle. »

480px x 270px – editorial1 - gallery

La jeune famille A5 s’agrandit déjà !

Depuis le début d’octobre, votre distributeur Audi habituel vous permet de commander non seulement les nouvelles Audi A5 et S5 Coupé, mais aussi les nouvelles Audi A5 et S5 Sportback.


• Pour la nouvelle Audi A5 Sportback, vous avez le choix entre deux moteurs TFSI et trois moteurs TDI, d’une puissance allant de 140 kW (190 cv) à 210 kW (286 ch). Audi annonce jusqu’à 22 % de consommation en moins et jusqu'à 17 % de puissance en plus par rapport au modèle antérieur.

 

• Chaque motorisation offre le choix entre une boîte manuelle à six rapports, une boîte S tronic à sept rapports et double embrayage, ou une tiptronic à huit rapports. La transmission intégrale quattro est également disponible en option sur deux versions. Elle est de série sur la 3.0 TDI de 210 kW (286 cv).

 

• L’Audi S5 Sportback est dotée d’un nouveau turbo six cylindres impressionnant de 354 ch et 500 Nm.

Aucun contenu lié n'a été trouvé.