Menu Burger Open Icon Menu Burger Close Icon Home

Cause et conséquence

Sécurité, comfort et efficacité

Les systèmes d'assistance d'Audi

Audi offre dès à présent – sur les nouveaux modèles tels l’Audi A4 et l'Audi Q7 pour commencer - des systèmes d’aide à la conduite qui non seulement révolutionnent l'expérience de conduite, mais donnent aussi clairement un aperçu de la mobilité de demain : tout tourne autour de la sécurité, du confort et de l'efficience.

Audi nous a récemment donné un aperçu de ce que nous promet la conduite autonome. ‘Bobby’, le concept car basé sur l’Audi RS 7 Sportback, a par exemple filé à du 240 km/h sur le circuit allemand d’Hockenheim. Sans conducteur à bord. En janvier de l’année dernière, ‘Jack’ avait rallié de façon autonome Las Vegas depuis la Silicon Valley, poussant par la suite le compteur jusqu’à 130 km/h sur l’autoroute allemande. Et ce ne sont là que des répétitions générales de ce que nous pouvons espérer dans les prochaines années.

 

Bien que diverses fonctions des technologies de conduite autonome soient encore en développement, les conducteurs Audi peuvent dès à présent, dans leur voiture actuelle, en bénéficier sous la forme de systèmes optionnels d’aide à la conduite qui améliorent sensiblement la sécurité, le confort et l’efficience. De plus, ces systèmes équipent un nombre croissant de modèles de la marque aux quatre anneaux. Thomas Müller, responsable du développement des systèmes de freinage, de direction et d’aide à la conduite chez Audi : « Nous avons clairement fixé chez Audi les limites de l’automatisation. Les systèmes d’aide à la conduite et la conduite autonome sont deux choses tout à fait différentes. Il reste un long chemin à parcourir avant que la conduite autonome ne devienne réalité. Et d’ici là, nous appliquons une règle stricte : le conducteur conduit, les systèmes ne font que l’aider. » Cette règle immuable vaut pour tous les systèmes d’aide à la conduite d’Audi.

 

L’assistant embouteillages d’Audi contribue déjà considérablement à la sécurité et au confort au quotidien. Même si le conducteur garde le contrôle total de la voiture, l’électronique rend les conditions difficiles nettement moins stressantes. « Le système est encore trop récent pour en tirer des statistiques. Mais pour l’avoir testé, je sais que l’on est nettement plus détendu.»

 

Avec l’intégration de l’emergency assist, l’assistant embouteillages constitue un filet de sécurité supplémentaire. Si le conducteur est victime d’un problème médical grave lorsqu’il est pris dans un embouteillage, par exemple, le système enregistre qu’il ne reçoit plus aucune commande du volant ni des pédales durant un certain temps.

 

Dans un premier temps, des signaux d’alerte sont émis. Si le conducteur ne réagit pas, la voiture s’arrête automatiquement. « Nous tâchons pour l’instant de voir comment mieux interconnecter les fonctions de confort et de sécurité. Les systèmes des générations futures d’Audi offriront donc encore bien plus de possibilités. » Lorsque l’assistant embouteillages touche ses limites (par exemple, lorsque le trafic se fluidifie ou à l’approche d’un virage trop serré), le système se désactive. Mais il l’annonce bien à l’avance.

 

Toujours dans le but de renforcer la sécurité, l’assistant d’évitement aide les conducteurs à contourner les obstacles qui surgissent soudainement sur la route. Sur la base des données des capteurs et de la caméra, le système calcule la meilleure stratégie afin de prévenir les accidents. Une fois de plus, le système d’assistance vient en aide, mais c’est le conducteur qui prend les décisions. Comme l’explique Thomas Müller : « Si le conducteur tourne dans le mauvais sens, le système interviendra pour corriger la trajectoire. De même, le système va compenser les mouvements excessifs ou incorrects du volant. »

 

Tout aussi discret mais toujours prêt, l’assistant de virage d’Audi surveille le trafic en sens contraire lorsque le conducteur s’apprête à tourner à gauche. Le système s’active dès que le clignotant est enclenché. Au besoin, il peut amener la voiture à l’arrêt complet sur sa bande si le pilote n’a pas vu arriver un véhicule qui arrive en sens opposé. « À qui n’est-il pas déjà arrivé de vouloir tourner à gauche, mais de ne pas bien voir le trafic à contresens car on est ébloui par un soleil d’hiver rasant ? Dans cette situation, le système ralentit automatiquement la voiture », poursuit Thomas Müller.

 

L’alerte de trafic transversal arrière fonctionne selon le même prin cipe, mais dans d’autres circonstances. Ce système prévient le conducteur de l’approche d’autres véhicules lorsque la voiture est en marche arrière et recule lentement, par exemple pour sortir d’une place de parking perpendiculaire à la route. Plusieurs avertissements sont émis, à commencer par une alerte visuelle sur l’écran MMI, suivie d’un signal sonore et si nécessaire d’une secousse brève.

 

L’assistant d’efficience prédictif constitue une première mondiale lancée par la marque aux quatre anneaux. En modulant de façon autonome la vitesse préprogrammée en fonction de la circulation, le système peut réduire la consommation de carburant de 10 %, par exemple sur les routes de campagne. Le système s’associe au régulateur de vitesse adaptatif, au système de navigation et à la caméra de reconnaissance des panneaux routiers. Il peut réagir aux données fournies par ces systèmes, tels la topologie de la route, les carrefours, les ronds-points et les limitations de vitesse. « Dans le passé, le conducteur devait régulièrement modifier le réglage du régulateur de vitesse, par exemple pour passer de 100 km/h à 50 km/h en pénétrant dans une agglomération. Grâce à cette innovation, plus besoin d’intervenir: en fonction du paramétrage, le système anticipe à tout moment et peut ajuster la vitesse de la voiture bien à l’avance, en fonction des informations routières.

Et lorsque la voiture circule par exemple sur une autoroute allemande, elle peut maintenir la vitesse autour des 130 km/h recommandés. Pour l’instant, aucun autre système n’en fait autant », affirme Thomas Müller. Étant donné que, sur la route, toutes les conditions de la conduite autonome ne sont pas encore remplies, les concepteurs ont limité le rôle de cette technologie, comme des autres systèmes d’aide à la conduite, à une fonction de soutien. Question de davantage conscientiser le conducteur de leur intervention. Et Thomas Müller d’ajouter : « Le monde réel est extrêmement complexe. C’est pourquoi nous devons continuer à souligner que nous restons pour l’instant au stade de l’aide. »

 

Sur les circuits d’essai fermés, l’ambition d’Audi en matière de conduite autonome est déjà bien plus concrète. Au fil des épreuves auxquelles sont soumises les voitures d’essai de la marque aux quatre anneaux, à chaque tour de circuit, les systèmes se perfectionnent et les algorithmes sont corrigés et s’améliorent. Mais il reste du chemin à parcourir avant qu’ils ne soient suffisamment mûrs pour fonctionner sans faille de manière autonome dans une circulation complexe. Les futures voitures autonomes d’Audi devront par ailleurs s’adapter aux préférences de conduite de chaque chauffeur. « Plus nos voitures deviennent autonomes, plus important il sera qu’elles roulent exactement comme le ferait leur propriétaire», conclut Thomas Müller.  //

 

Plus d'informations


En plus des équipements standard de ses voitures, Audi offre un large éventail de systèmes optionnels d’aide à la conduite qui augmentent le confort, la sécurité et l’efficience. Dans les nouvelles Audi A4 et Audi Q7, divers systèmes d’aide à la conduite sont coordonnés et inclus dans les packs d’assistance ‘Ville’, ‘Tour’ et ‘Stationnement’. Et à propos des nouveaux modèles, la nouvelle Audi Q2 peut être équipée de l’alerte de trafic transversal arrière (rear cross traffic assist) et du régulateur de vitesse adaptatif (sans predictive efficiency assist).

 

Aucun contenu lié n'a été trouvé.